Paddle, ski nautique, aviron... : quelles embarcations ont le droit de circuler sur la Seine ?

Cette photo a été prise lors de la Nautic Paddle, organisée en décembre dernier. Cette photo a été prise lors de la Nautic Paddle, organisée en décembre dernier. [© Lucas BARIOULET / AFP]

Alors que les SeaBubbles viennent d'obtenir le feu vert de la préfecture de Paris et celui des Voies navigables de France (VNF) pour voguer sur la Seine, la liste des embarcations ayant le droit de circuler dans la capitale s'allonge. Mais quelle sont les règles ?

La Seine peut-elle être une solution aux bouchons parisiens ? Paddle, hors-bord, jet-ski, bateau pneumatique, ski nautique, wake-board, aviron... La liste des activités aquatique est longue, mais beaucoup d'entre elles y sont tout simplement interdites.

Régies par règlement particulier de police (RPP) de Seine-Yonne, les règles de navigation fluviale sont en effet très strictes à Paris, par mesure de sécurité ou pour des questions de bon sens. Il existe des spécificités, quelles sont-elles ?

Une vitesse max de 18 km/h

Sur la Seine, dans sa partie parisienne, les bateaux n'ont pas le droit de naviguer à une vitesse élevée. Celle-ci doit être de 18 km/h maximum pour les embarcations de plaisance de moins de 20 mètres et de 12 km/h maximum pour tous les autres bateaux). Une vitesse qui ne permet donc pas la pratique de sport tel que le ski nautique ou le wake board, tractés par des hors-bords ou encore les jet-skis.

pas d'embarcation sans moteur

Par ailleurs, il est interdit de naviguer dans Paris à bord d’embarcation qui ne comporte pas de motorisation, afin notamment de «ne pas mettre en danger ce type d’usagers». Ce qui élimine d'office paddle, canoë-kayak ou encore aviron. Les pratiquants franciliens s'arrêtent donc systématiquement aux portes de la capitale. 

En effet, il s’agit généralement de petites embarcations jugées «vulnérables aux remous générés par les autres usagers», a ainsi fait savoir les VNF, qui assurent que celles-ci risquent également d’être une gêne «dans un secteur très contraint et encombré».

Pas de bateaux trop longs

A noter que les bateaux de plus de 125 mètres n'ont pas le droit de circuler sur la Seine, entre le pont de Sully (5e) et celui de Bir-Hakeim (15e), voire même de plus de 25 mètres seulement à certains endroits, comme sur le Bras Marie, situé entre l'Ile-Saint-Louis et le quai des Célestins.

le dépassement interdit

Enfin, entre les ponts amont et aval du périphérique, le dépassement est interdit à Paris dans les sections comprises entre le pont de Bir-Hakeim et la passerelle Debilly, le pont des Invalides et la passerelle Léopold Sedar-Senghor et entre le pont Neuf et le pont d'Austerlitz pour tous les bras de Seine.

les bateaux personnels autorisés

Tous les bateaux personnels motorisés sont cependant autorisés à naviguer sur la Seine, dans la mesure où ces derniers sont détenus par une personne ayant son permis spécifique et que l'embarcation bénéficie d’un titre de navigation.

Il est d'ailleurs alors «tout à fait possible», selon les Voies navigables de France (VNF), «de naviguer régulièrement dans Paris en respectant les règles spécifiques» de la navigation fluviale sur la Seine.

des cas exceptionnels

Mais attention, les VNF rappellent que dans certains cas, «des manifestations nautiques pendant lesquelles des embarcations non motorisées naviguent dans Paris» sont autorisées «de manière régulière ou ponctuelle».

A l'instar de la Nautic Paddle, une course de paddle organisée en décembre marge du salon nautique ou encore de la Traverseine, une traversée de la Seine de Bercy (12e) à Issy-les-Moulineaux (92), en paddle ou canoë-kayak.

A savoir que leur tenue nécessite un arrêté préfectoral généralement pour arrêter la navigation des autres usagers. Ce qui contraint le plus souvent la direction de ces courses d'organiser des départs de course au petit matin, dès 6h. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles