Paris : les SeaBubbles autorisées à naviguer sur la Seine pour de bon ?

Du lundi 16 au vendredi 20, un prototype de SeaBubbles sera testé sur la Seine, à Paris. Du lundi 16 au vendredi 20, un prototype de SeaBubbles sera testé sur la Seine, à Paris.[© Lionel BONAVENTURE / AFP]

C'est une nouvelle que plus personne n'attendait. L'Etat, la préfecture de Paris et les Voies navigables de France (VNF) viennent de donner leur feu vert pour qu'une SeaBubbles soit à nouveau expérimentée sur la Seine, à partir de ce lundi 16 septembre.

Pendant une semaine, de lundi à vendredi, un prototype de SeaBubbles – connues pour être les futurs «taxis volants» de la capitale – va ainsi voguer sur la Seine, «de manière expérimentale» a fait savoir la préfecture.

capture_decran_2019-09-15_a_10.05.40_5d7e3fbd365b3.png

Une navigation rendue possible grâce à l'obtention par SeaBubbles du titre de «navigation de bateau à passagers». Indispensable pour que le groupe puisse exploiter leurs bateaux de façon commerciale sur les eaux intérieures françaises.

C'est aussi et surtout grâce à l'obtention d'une dérogation de vitesse, permettant aux SeaBubbles – qui ont besoin d'atteindre une certaine vitesse pour «décoller» et glisser ensuite sur ses foils – de naviguer à 30 km/h entre Issy-les-Moulineaux (92) et Bercy (12e). 

Plus d'un an de retard

Il y a un an déjà, le groupe avait fait savoir qu'il avait obtenu l'autorisation de mener des expérimentations sur la Seine, et avait prédit l'arrivée des SeaBubbles à Paris au printemps 2019. Mais force est de constater que les Parisiens attendent toujours leur «taxi volant».

Pour rappel, l'ambition était alors de créer une première ligne régulière, avec 10 à 20 SeaBubbles. Il était prévu que celles-ci puissent circuler sur la Seine et se «garer» pour faire monter ou descendre des passages à trois arêts symboliques, «vers Boulogne-Billancourt», «en bas du pont de l'Alma ou vers le Trocadéro» et «vers la gare de Lyon».

Les signaux passent au vert

La raison invoquée de ce retard ? Une ouverture aux nouvelles mobilités souhaitée par le gouvernement, alors que la loi LOM est actuellement discutée au parlement, associée à un adoucissement des règles de navigation fluviale sur la Seine. 

Quoi qu'il en soit, l'Etat, Voies Navigables de France (VNF) et Ports de Paris ont annoncé «accompagner SeaBubbles dans [leurs] démarches afin de faire aboutir le processus qui permettra de développer un nouveau type de transport et de diversifier les usages urbains de la Seine».

«L’ensemble des signaux semble passer au vert pour un début d’opération commerciale de nos Bubble Taxis dès le premier trimestre 2020», a quant à lui fait savoir Anders Bringdal, le président du groupe, qui assure que de «nombreux progrès techniques ont permis l’homologation de l’hydrofoil électrique».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles