Attentat de la prison de Condé-sur-Sarthe : cinq femmes placées en garde à vue

La prison de Condé-sur-Sarthe accueille des détenus jugés particulièrement dangereux. [© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP]

D'éventuelles complices ? Cinq femmes de 18 à 39 ans ont été placées en garde à vue, ce mardi, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne), survenu le 5 mars dernier.

Il s'agit, selon une source proche du dossier, «des compagnes de codétenus de Michaël Chiolo», auteur présumé de l'attaque. Ce détenu de 27 ans, radicalisé en prison, avait gravement blessé deux surveillants avec des couteaux en céramique.

L'intervention du Raid avait abouti à l'interpellation de l'agresseur, qui purgeait une peine de 30 ans pour un crime de droit commun, et à la mort de sa compagne, retranchée avec lui pendant près de dix heures dans l'unité de vie familiale de la prison.

«Venger» le tireur de Strasbourg

Selon les autorités, Michaël Chiolo avait affirmé, lors de l'attaque des gardiens, vouloir «venger» Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat jihadiste du marché de Noël de Strasbourg, abattu le 13 décembre par les forces de l'ordre après avoir tué cinq personnes.

La prison de Condé-sur-Sarthe fait partie de celles qui accueillent des détenus particulièrement dangereux, radicalisés ou posant des problèmes de discipline. Cette attaque de gardiens en mars, mais également la prise d'otages qui s'y est déroulée quelques mois plus tard, avaient entraîné le blocage de plusieurs établissements pénitentiaires en France. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles