Marche pour le climat : 15.200 manifestants à Paris, un cortège pacifiste rejoint la place de la Bastille

Des «individus violents», issus de la mouvance «black bloc», ont investi le cortège de la marche pour le climat dans lequel se trouvaient 15.200 personnes, selon le cabinet Occurrence. Des incidents qui tranchent avec le calme du cortège spontané et pacifiste qui s'est rendu sur la place de la Bastille dans la soirée.

En raison des perturbations survenues dans le quartier de Saint-Michel, les associations écologistes Greenpeace et Youth For Climate ont appelé les militants à quitter le cortège, plus tôt dans l'après-midi.

«Ne prenez aucun risque et quittez la Marche pour le climat. Les conditions d'une marche non-violente ne sont pas réunies», a tweeté Greenpeace, en dénonçant «l'envoi de lacrymogènes sur des manifestants non-violents et des familles».

1.000 manifestants radicaux dans le cortège

Selon la préfecture de police de Paris, 1.000 militants radicaux se trouvent au sein de la marche dont le départ était prévu à 14h30. «Exactions en cours par des individus violents. Les #FDO interviennent et répliquent avec des moyens lacrymogènes. Désolidarisez-vous des groupes à risques», a indiqué la préfecture de police sur Twitter.

Des magasins ont été vandalisés et une moto a été incendiée par des «blacks blocs».

Les forces de l'ordre interviennent pour disperser les militants radicaux, faisant notamment usage de gaz lacrymogènes. 

Nouvelle preuve de tensions en marge du cortège pour le climat, un «incendie volontaire» a été déclenché dans le secteur de Saint-Michel a indiqué la préfecture de police sur son compte Twitter. 

A la fin de la journée, une manifestation pacifiste s'est poursuivie sur la place de la Bastille.

À suivre aussi

L'un des policiers est un opérateur de vidéosurveillance d'un commissariat parisien, tandis que le second est un collègue ayant reconnu avoir filmé les images avec son smartphone.
Justice Paris : deux policiers bientôt jugés pour avoir diffusé une vidéo d'un homme empalé sur un poteau
La police pensait que l'argent provenait de trafic de drogue
Paris Un retraité dépose au commissariat 700 euros perdus par une jeune femme dans la rue
Chaque soir, 700 enfants dorment dans la rue avec leurs parents à Paris, selon les associations.
précarité Paris : selon les associations, 700 enfants et leurs parents dormiraient dans la rue tous les soirs

Ailleurs sur le web

Derniers articles