Meurtre d'une étudiante en médecine à Saint-Ouen : son ex-petit ami arrêté et mis en examen

En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences conjugales, selon le décompte officiel du ministère de l'Intérieur. En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences conjugales, selon le décompte officiel du ministère de l'Intérieur. [AFP / image d'illustration]

Deux semaines après le meurtre d'une interne en médecine, n homme de 32 ans a été mis en examen pour homicide volontaire par personne, étant partenaire de la victime, et placé en détention jeudi après le meurtre d'une interne en médecine à Saint-Ouen, a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny.

L'auteur présumé, en situation irrégulière, est né au Soudan et a été interpellé mardi à Paris, selon une source proche de l'enquête.

La jeune femme a été retrouvée morte par les secours le 16 septembre peu après 16H00 dans son logement, dont la porte était entrouverte, avait précisé une source policière. Son corps présentait «des plaies, infligées à l'arme blanche». 

Des traces de sang ont été découvertes dans sa chambre, selon une source proche de l'enquête.

La jeune femme était interne en médecine dans un hôpital du département.

Le suspect a été mis en examen du chef «d’homicide volontaire par personne étant ou ayant été conjoint, concubin ou partenaire lié à la victime par un pacte civil de solidarité», a précisé le parquet de Bobigny.

En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences conjugales, selon le décompte officiel du ministère de l'Intérieur.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles