IDF : quel est l'état de santé des jeunes Franciliens ?

L'étude a été menée auprès d'un panel de jeunes franciliens de 15 à 25 ans. L'étude a été menée auprès d'un panel de jeunes franciliens de 15 à 25 ans.[© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP]

Les jeunes Franciliens se déclarent en bonne santé, selon une étude de l'Observatoire régional de santé publiée ce mercredi 9 octobre, même si les inégalités socio-économiques sont à l'origine de disparités chez les 15-25 ans.

Mais si 96 % d'entre eux se disent en effet en bonne santé, il n'en demeure pas moins que 16 % des jeunes de 15-25 ans habitant en Ile-de-France n'ont pas de couverture complémentaire (mutuelle...), et qu'en parallèle, 17 % de ceux-là avouent renoncer à certains soins «pour raisons financières».

Et ces disparités liées aux inégalités de pouvoir d'achat des jeunes se ressentent dans d'autres domaines, à l'instar de l'obésité. La proportion des jeunes touchés varie du simple au double entre les plus et les moins diplômés, et ce, alors qu'un Francilien entre 15 et 25 ans sur cinq est en surcharge pondérale (en augmentation de 9 à 21 % entre 2005 et 2016).

Même constat concernant la contraception. En effet, selon l'étude, si neuf Franciliennes sur dix y ont recours, il existe douze points d'écart entre les plus riches et les autres. Parmi ces dernières, plus de la moitié ont déjà utilisé la pilule du lendemain et 12 % ont subi une IVG. Une proportion encore plus importante chez les femmes moins diplômées ou au chômage.

Enfin, le rapport a également étudié les addictions courantes chez les jeunes franciliens, comme le tabagisme, la consommation de cannabis ou autres drogues illicites. Ce dernier montre d'ailleurs qu'un jeune francilien sur quatre fume quotidiennement, dont une plus grande partie chez les chômeurs et les non diplômés, alors que quatre jeunes sur dix ont expérimenté le cannabis au cours de la vie et un sur vingt d'autres substances illicites.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles