Grève à la SNCF : la direction dénonce une grève «sans préavis»

Le trafic ferroviaire était «fortement perturbé» vendredi matin sur le réseau TER et plusieurs lignes d'Île-de-France, dont les RER B et D, de nombreux conducteurs et contrôleurs ayant fait valoir leur droit de retrait après un accident survenu mercredi.

La SNCF a dénoncé en milieu de journée une situation «inacceptable» résultant d'une «une grève sans préavis».

«Le trafic est très perturbé en régions, 25% des TER roulent environ», avait précisé dans la matinée sur BFMTV le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, prenant l'exemple de l'Occitanie où "quasiment aucun" de ces trains ne circule. La SNCF avait aussi relevé un trafic TER très fortement affecté voire suspendu en Bretagne, dans le Grand Est, en Provence-Alpes-Côte d'Azur...

A la gare Saint-Charles à Marseille aucun train n'était à quai, à l'exception d'un TGV en partance pour Paris, a constaté l'AFP. Les voyageurs scrutaient les panneaux d'affichage qui présentaient de longues listes de trains supprimés.

Cette grève surprise résulte d'un accident impliquant un convoi exceptionnel et une rame TER le 16 octobre, à hauteur d'un passage à niveau à Saint-Pierre-sur-Vence (Ardennes). 11 blessés avaient été dénombrés.

«Quand on constate l'état du train, c'est un miracle si aujourd'hui on ne dénombre que quelques blessés. Le conducteur du train, qui compte parmi les blessés, a dû porter secours aux passagers car c'était le seul agent SNCF à bord.», dénonce le syndicat Sud Rail.

À suivre aussi

Mouvement social Grève du 5 décembre dans les transports : dans l'angoisse d'une paralysie générale et durable
Mouvement social Cheminots, soignants, gilets jaunes... Vers une convergence des luttes le 5 décembre ?
Mouvement social Gilets jaunes, en direct : plusieurs centaines de manifestants à Montpellier dans une ambiance tendue

Ailleurs sur le web

Derniers articles