Yvelines : elle obligeait sa fille à manger des cafards et des araignées

Le procureur avait requis quatre ans de prison.[©WANG ZHAO / AFP]

Ils ont vécu un véritable calvaire pendant six ans. Une femme de 46 ans domiciliée à Trappes, dans les Yvelines, a été condamnée à 18 mois de prison avec sursis ce mercredi par le tribunal de Versailles. Elle a été reconnue coupable de maltraitance sur ses quatre enfants âgés de 9 à 14 ans.

C’est une femme témoin de ces scènes de violence qui a révélé cette histoire. Cette dernière a même filmé des images montrant la mère en train de donner des coups de pied à sa fille aînée, devenue son souffre-douleur, puis d’immortaliser ses blessures en prenant des photos de ses ecchymoses, révèle Le Parisien.

Scandalisé par le traitement réservé à ses deux filles et deux fils, un homme a finalement alerté la police le 10 juillet dernier, mettant fin au calvaire de la fratrie.

En plus de frapper sa fille aînée avec une louche, une ceinture ou encore de la brûler à l'aide d'un briquet, la quadragénaire la privait de nourriture et l’obligeait à manger par terre, pendant que le reste de la famille était attablée.

les enfants veulent retourner vivre avec leur mère

Sa mère ne lui donnait même pas le droit de prendre une douche ni de jouer. La jeune fille au corps gracile, qui souffre d’un retard de croissance tel qu’on lui donnerait la moitié de son âge, devait à la place s'occuper des tâches ménagères, précise le journal régional.

Pire, ses frères et sœur, qui ont également affirmé avoir été frappé régulièrement, ont rapporté aux enquêteurs qu’«elle l’obligeait à manger des cafards et des araignées qui pullulaient dans la maison».

Pour sa défense, cette femme, dont le casier judiciaire est vierge, a expliqué avoir puni sévèrement sa fille car celle-ci lui aurait volé 350 euros. Devant les juges, la mère a ensuite reconnu avoir fait «une bêtise» avant de s’excuser.

Les violences ont commencé lorsque le père a quitté la maison. Et pour cause, son épouse, accompagnée de sa fille l'aînée, a porté plainte contre lui pour agression sexuelle sur l'enfant.

Confiés à l'aide sociale à l'enfance, les enfants quant à eux ont déclaré à l’expert psychiatre vouloir retourner vivre avec leur mère, y compris l’aînée, et ce, même si elle a avoué avoir encore peur d’elle.

À suivre aussi

Le rapport met en lumière les négligences et les carences qui persistent au sein des institutions publiques.
Société Violence des enfants : le Défenseur des droits alerte les institutions
Justice Etats-Unis : un patron de restaurant condamné pour avoir réduit en esclavage un handicapé mental noir
Justice Cinq ans ferme pour la mère de Serena, le bébé du «coffre»

Ailleurs sur le web

Derniers articles