Que va changer l'entrée des trottinettes électriques dans le Code de la route ?

Nombre de personnes transportées, vitesse maximale, âge du conducteur... Un décret publié ce vendredi 25 octobre au Journal officiel modifie le Code de la route pour encadrer l'usage des trottinettes électriques.

Le texte, qui entrera vigueur en partie samedi 26 octobre (ou au 1er juillet 2020 pour les aspects technologiques), concerne l'ensemble des «engins de déplacement personnel» – donc aussi les gyroroues et hoverboards – et s'adresse aux usagers, aux collectivités territoriales ainsi qu'aux forces de l'ordre.

Désormais, ces engins ne peuvent transporter qu'un seul conducteur, «âgé d'au moins 12 ans», prévoit le décret, qui interdit à ce conducteur de «pousser ou tracter une charge ou un véhicule» ou de «se faire remorquer par un véhicule». En cas de non-respect de la règle, on s'expose à une amende de 35 euros.

Circulation sur les pistes cyclables en priorité

De plus, le texte rend passible d'une amende de jusqu'à 1.500 euros (3.000 euros en cas de récidive) quiconque roule avec une trottinette motorisée conçue pour dépasser la vitesse de 25 km/h, alors que certains constructeurs offraient la possibilité d'atteindre jusqu'à 80 km/h.

Finis, les slaloms sur les trottoirs au milieu des piétons : «les conducteurs doivent circuler sur les bandes ou pistes cyclables», d'après le texte, sous peine de 135 euros d'amende. En l'absence de piste cyclable, ils pourront emprunter les routes limitées à 50 km/h ou moins.

Le décret prévoit aussi les équipements devant être portés par les conducteurs de ces véhicules, ainsi que les espaces de circulation où ces conducteurs doivent et peuvent circuler en agglomération et hors agglomération.    

Comme pour les cyclistes, «lorsqu'il circule la nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante», un conducteur devra porter soit un gilet de haute visibilité, soit un équipement rétroréfléchissant. Le port d'un tel équipement, ainsi que celui d'un casque, est obligatoire dans le cas d'une circulation – autorisée – hors agglomération.

Environ 15.000 trottinettes dénombrées à Paris

Comme les vélos, les engins devront être équipés de feux de position avant et arrière, d'un système de freinage et d'un avertisseur sonore. Le stationnement sur les trottoirs est permis, tant que ça ne gêne pas les piétons.

Plusieurs accidents mortels impliquant des trottinettes électriques ont eu lieu ces derniers mois, à Paris, Reims, dans les Yvelines, dans le Pas-de-Calais, notamment. Véritable phénomène de mode dans de nombreuses villes de France et d'Europe, leur usage a explosé depuis deux ans, notamment à travers l'essor des locations en libre-service («free floating»). A Paris, on dénombre environ 15.000 trottinettes.

À suivre aussi

Mobilisation sociale Grève générale : elle pourrait «durer encore quelques jours», prévient le gouvernement
Mouvement social Grève du 5 décembre : ce qui attend les Français
Transports Grève générale : TGV, RER, métro, bus, avion... Le point sur le trafic

Ailleurs sur le web

Derniers articles