Bientôt un refuge intégralement dédié à la biodiversité dans le Vercors ?

Un aperçu de la réserve. [© ASPAS]

L'Association pour la protection des animaux sauvages a déjà récolté les 150.000 euros nécessaires pour l'achat d'un terrain de 500 hectares, destiné à devenir un havre de paix pour la biodiversité.

Et c'est grâce à l'aide du journaliste Hugo Clément, passé par l'émission «Quotidien» et le site «Konbini», que ce projet de réserve naturelle pourrait voir le jour. Engagé depuis longtemps dans la protection de l'environnement, il a en effet lancé une cagnotte, mardi, pour recueillir les fonds manquants. Son large réseau a fait le reste: plus de 12.000 donateurs ont fait un geste en l'espace de quarante-huit heures. Un crowfunding aussi rapide qu'efficace, qui selon lui révèle la «vraie attente des Français» pour agir «tous ensemble» en faveur de l'écologie.

Ce terrain du Vercors, situé dans le domaine de Valfanjouse à Léoncel (Drôme) et habituellement prisé par des chasseurs pour pratiquer la chasse en enclos, pourrait ainsi être «réensauvagé», c'est-à-dire laissé à la biodiversité locale, sans nulle intervention ou présence humaine.

«C’est une forêt sauvage, avec des vieux arbres, des falaises, des cours d’eau, des cerfs, des renards, des lièvres, des sangliers, des écureuils, des mouflons, des chouettes, des aigles, des vautours et j’en passe. Une biodiversité incroyable», explique Hugo Clément, nouvelle recrue de France Télévisions, dans un post Facebook.

Le journaliste se défend toutefois de s'engager dans un projet qui serait contre les chasseurs. «Je suis plus partisan de faire pour quelque chose que contre quelque chose, même si ça n'empêche pas les désaccords et les condamnations», insiste-t-il. «Ce projet, c'est un symbole: changer un terrain de chasse en enclos en réserve naturelle. C'est un beau message.»

vvs2_5dc44b461632b_0.jpg

Un aperçu du terrain © ASPAS

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles