Police municipale armée, baisse du prix des cantines... Rachida Dati dévoile ses priorités pour Paris

Propreté, familles, écologie, et surtout sécurité... l'actuelle maire du septième arrondissement de Paris promet un plan ambitieux. [GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP].

Elle dit vouloir «mettre fin à la dérive de la capitale». Quatre jours après avoir été investie officiellement candidate des Républicains aux élections municipales de mars 2020 à Paris, Rachida Dati a, ce dimanche 10 novembre, dévoilé dans le JDD un plan en quatre axes pour la première ville de France.

Propreté, familles, écologie, et surtout sécurité... l'actuelle maire du septième arrondissement de Paris promet un plan ambitieux. 

Alors que la préfecture de police de la ville faisait état, il y a encore un mois, d'une forte hausse de la délinquance dans la capitale, Rachida Dati souhaite notamment mettre en place «une véritable réorganisation de la sécurité à Paris, autour d'une police nationale recentrée sur ses missions (d'interpellation et d'investigation).»

Créer une police municipale armée et «NETTOYER» les bois

Une réorganisation qui, pour l'ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, doit passer par la création «d'une police municipale armée dédiée à la délinquance du quotidien et une sécurité privée, pour surveiller les bâtiments publics et les sites sensibles.»

Au chapitre sécuritaire, déplorant que les bois de Vincennes et de Boulogne soient «devenus des zones de non-droit, des cache-misère indignes de Paris, où prolifèrent la délinquance, la prostitution, les trafics et les squats», Rachida Dati indique vouloir «les nettoyer et les rendre aux Parisiens».

Comment ? En «installant des antennes de police dédiées aux abords des deux bois», des «caméras de vidéoprotection», ainsi que des «espaces de vie et de détente, des parcours santé» et des «équipements sportifs.»

Vers une cantine à 3,50 euros maximum le repas 

Concernant les familles, l'ancienne Sarkozyste regrette que «Paris se vide de sa sève». À la dernière rentrée scolaire, dit-elle, «il manquait 1.400 enfants dans les écoles».

Pour soulager les familles, elle s'engage donc à «baisser les tarifs des services municipaux, à commencer par celui des cantines». «Le prix le plus élevé d'un repas dans la restauration scolaire parisienne est de 7 euros (...) dès septembre 2020, je passerai ce prix à 3,50 euros», promet la candidate en cas de victoire.

Rachida Dati annonce par ailleurs «un geste pour aider les familles de classe moyenne en matière de logement». Un «geste immédiat et concret, qui change réellement la vie des familles». En ce sens une «mesure choc» devrait être annoncée dans quelques semaines.

Concernant l'écologie, un thème déterminant et source de préoccupation croissante chez les Français, Rachida Dati propose enfin d’équiper «les bâtiments accueillant un public fragile» de «capteurs de pollution» et de «purificateurs d’air».

Pas question pour autant d'accentuer, dit-elle, une «politique anti-voitures» menée «depuis trois mandatures» par la mairie. Car pour Rachida Dati, «avant d’enlever les automobiles, il faut prévoir d’autres moyens de mobilité, comme des transports collectifs dignes».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles