Cyclamed : le bon réflexe pour collecter nos médicaments

L’an passé, 10 827 tonnes de MNU ont été rapportées par les Français dans les officines, soit 162 g par habitant, selon l’organisme.[© iStockphoto.com/bluecinema]

Huit Français sur dix déclarent aujourd’hui rapporter leurs Médicaments Non Utilisés (MNU) dans les officines. Un geste écologique pour l’environnement mais aussi un acte de santé publique.

Publi-rédactionnel

Saviez-vous que les pharmaciens d’officine ont l’obligation de récupérer vos médicaments non utilisés (MNU) ? Depuis près de trente ans, l’éco-organisme Cyclamed assure leur collecte pour préserver la santé publique et l’environnement. Dès lors qu’il vous reste gélules, comprimés ou sirops, il faut les rapporter, qu’ils soient périmés ou non. Attention donc à ne pas jeter vos médicaments dans la poubelle d’ordure ménagère classique, ni dans le lavabo ou vos toilettes. Il y a toujours des risques de pollution dans les eaux de surface et les eaux souterraines.

Un circuit écoresponsable

Mis en place en 1993 par l’ensemble de la profession pharmaceutique, le dispositif Cyclamed est totalement sécurisé. C’est dans le cadre de la tournée de livraison de médicaments en pharmacie effectuée par les grossistes-répartiteurs que se fait le retour des médicaments non utilisés. Le dispositif est donc complètement optimisé, pour un bilan carbone nul, puisqu’il s’intègre au quotidien des tournées de livraison. Lorsque vous rapportez vos médicaments, vous êtes acteur de la santé publique puisque vous évitez les risques d’intoxication des enfants en bas âge et des personnes âgées. Avant de les rapporter chez votre pharmacien, prenez le temps de faire le tri.

Ne sont considérés comme des médicaments que les produits ayant une Autorisation de mise sur le marché (AMM) de l’ANSM ou de l’Agence européenne des médicaments. Les compléments alimentaires par exemple ne sont pas des médicaments, ils font partie de la parapharmacie et ne rentrent donc pas dans le dispositif. Certains produits peuvent être trompeurs : la plupart des dentifrices ou des shampooings sont issus de la parapharmacie. Pourtant, certains d’entre eux ont bien reçu des AMM pour soigner des maladies dermatologiques ou bucco-dentaires.

Parce qu’il n’est pas toujours évident de faire cette distinction, Cyclamed propose un outil d’aide sur son site internet. En tapant le nom du produit, le moteur de recherche indique s’il s’agit d’un médicament. Avant de vous rendre chez votre pharmacien le plus proche, pensez également à retirer les emballages en carton et les notices en papier pour les mettre dans votre propre poubelle de tri sélectif. On estime que 40 % des Français ont déjà adopté ce réflexe. L’année dernière, 10 827 tonnes de MNU ont été collectées, correspondant à une moyenne nationale de 162 grammes par habitant.

Pour en savoir plus retrouvez Cyclamed sur son site officiel, sur Facebook et Instagram.

3 Questions à : Thierry Moreau Defarges, président de Cyclamed

president_cyclamed_5dde460b40a9a.jpg

© Zontone/Cyclamed

Les Français sont-ils bons élèves pour le tri des médicaments ?

Depuis une dizaine d’années, nous constatons que de plus en plus de Français déclarent rapporter leurs médicaments non utilisés. Aujourd’hui, 78 % de nos concitoyens déclarent avoir déjà adopté ce geste écocitoyen. La France est quasiment le seul pays à être doté d’un dispositif national. Aujourd’hui, les Français sont rentrés dans un cercle vertueux. Nous constatons que certains déchets sont bien triés, entre le verre et le carton, le papier, etc. Le médicament fait partie de ce top 5 des produits les mieux triés par les Français.

Comment peut-on encore améliorer cette collecte ?

Il reste une cible de personnes un peu moins bien investie qui sont les jeunes. Ils prennent peu de médicaments car ils sont peu malades. Lorsqu’ils ont un médicament, ils ont tendance à la garder au fond de leur tiroir. Nous souhaitons les sensibiliser pour qu’ils acquièrent le plus tôt possible les gestes d’un «athlète du tri», en sachant qu’il existe un dispositif sécurisé de collecte pour protéger l’environnement et la sécurité sanitaire domestique.

Comment faire quand on ne peut pas se déplacer ?

Si un patient ne peut pas se déplacer, il a certainement un aidant ou un proche en mesure de rapporter ses médicaments pour lui. Nous sommes tous concernés par ce geste éco- citoyen du retour des médicaments non utilisés à la pharmacie pour protéger notre planète et notre santé.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles