Une campagne anti-gaspillage lancée par le gouvernement pour allonger la durée de vie des objets

Garder ses appareils d'électroménager plus longtemps est bon pour le porte-monnaie et pour la planète.[©FREDERICK FLORIN / AFP]

Longue vie aux objets. Alors que le «Black friday» a lieu ce vendredi 29 novembre, le gouvernement a lancé mardi une campagne de mobilisation pour inciter à réduire la surconsommation, source de gaspillage et de gaz à effet de serre.

Baptisée «Nos objets ont plein d'avenirs», cette campagne suggère notamment d’entretenir les équipements et de les réparer afin d’éviter d’acheter systématiquement du neuf ou de jeter, et ainsi favoriser l’allongement de la durée d’usage des objets de consommation courante. Elle a pour objectif d’orienter les Français vers une consommation «plus circulaire», a souligné la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne, lors d'une conférence de presse de présentation de cette initiative.

De son côté, la secrétaire d'État à la Transition Écologique Brune Poirson, a appelé les Français à «sortir d'une économie mortifère et un peu absurde». Pour autant, «il n'est pas question de culpabiliser qui que ce soit», a précisé Élisabeth Borne, disant vouloir «continuer à convaincre les Français de consommer autrement».

Cette opération doit durer trois ans «avec un volet sur les entreprises en 2020», a précisé l'Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), partenaire de la campagne.

Elle s'articule autour de la création d'un site web, où chacun peut y trouver de nombreux conseils pratiques et des tutoriels, ou encore des outils pour partager ses objets entre voisins, mais aussi d'annonces dans la presse et de quatre spots de publicités «éco-conçues», selon Arnaud Leroy, le président de l'Ademe, puisque les images ont été reprises d'autres œuvres.

projet de loi «anti-gaspillage»

A cette occasion, l'Ademe a présenté les premiers résultats d’une étude portant sur les bénéfices environnementaux et économiques de l’allongement de la durée d’usage de produits du quotidien.

Par exemple, une télévision gardée un an de plus en moyenne permet d'éviter 1,7 million de tonnes de CO2, soit l’équivalent de la consommation carbone annuelle d’une ville comme Lyon. Le bénéfice économique de ne pas remplacer une télévision au bout de 4 ans alors qu’elle fonctionne encore et de la conserver au total 8 ans (durée de vie moyenne) est de 66 euros/an pendant la durée d’allongement (soit 4 ans).

Ces annonces interviennent le lendemain au début de l'examen en commission du projet de loi «anti-gaspillage» qui vise notamment à interdire la destruction des invendus non-alimentaires et créer un indice de «réparabilité», une note de 0 à 10 pour inciter les acheteurs et les fabricants à mieux penser la durée de vie des produits.

Le vote du projet de loi devrait intervenir dans «la semaine du 16 décembre» et les mesures devraient commencer à être appliquées en 2020, a indiqué le cabinet de Brune Poirson.

À suivre aussi

Des ostréiculteurs condamnés pour « dissimulation d’activités »
Justice Des ostréiculteurs condamnés pour « dissimulation d’activités »
Montpellier Vidéo : la police intervient dans un Géant casino après de fausses soldes annonçant des télés à 30 euros
En Martinique, les grèves ont un impact jusque dans les rayons des supermarchés
consommation En Martinique, les grèves ont un impact jusque dans les rayons des supermarchés

Ailleurs sur le web

Derniers articles