Retraites : «les pensions ne baisseront pas» pour les professeurs, tient à assurer Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer s'est adressé au 850.000 professeurs du pays. [LUDOVIC MARIN / AFP].

Il a pris la plume pour porter un message d'apaisement. A la veille de la mobilisation contre la réforme des retraites du jeudi 5 décembre, les professeurs ont tous reçu une lettre de Jean-Michel Blanquer. Dans celle-ci, le ministre de l'Education nationale tente de les rassurer, en affirmant que leurs rémunérations seront valorisées dans le but de leur garantir un même niveau de pension.

Pour le locataire de la rue de Grenelle, le message est très clair : «le Président, le Premier ministre et moi-même nous y sommes engagés, dit-il, les pensions ne baisseront pas».

Une annonce faite par écrit mardi à l'attention des 850.000 professeurs du pays, mais qui tranche pourtant désormais avec les prévisions de la mobilisation de demain, elles-mêmes communiquées par le ministre lors d'un point presse au rectorat ce mercredi.

Suivant les estimations fournies par Jean-Michel Blanquer, le taux de grévistes dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites est ainsi prévu à «55% pour l'ensemble de la France», avec de grandes variations toutefois sur l'ensemble du territoire, souligne-t-il, puisqu'il sera compris «entre 35%» et «78% à Paris».

Trouver des mécanismes de compensation

S'il se montre rassurant par rapport à la contestation, sur l'épineux sujet des retraites, le ministre de l'Education confirme pour autant que rien n’est pourtant encore acté, et que c'est pour cela que le gouvernement travaille encore à compenser, pour les professeurs, les effets de la fusion envisagée des différents régimes.

Dans une interview accordée dans la foulée au Parisien, il insiste ainsi sur le fait que «dès le début, [le gouvernement] a dit qu'une application aveugle de la réforme aurait pu se traduire par une baisse des retraites parce que les professeurs ont moins de primes que d'autres fonctionnaires de la même catégorie et que leurs rémunérations de début de carrière sont moins avantageuses».

«Nous avons donc aussitôt ajouté que nous allions revaloriser les rémunérations pour que leurs pensions soient maintenues», poursuit-il.

De «fausses informations» parmi les enseignants dénoncées

Cette réforme «donnera des garanties aux professeurs sur leur retraite tout en leur offrant la possibilité d'une amélioration des rémunérations, notamment pour ceux qui sont le plus concernés par la réforme, c'est-à-dire les plus jeunes», tient-il encore à défendre auprès du quotidien francilien. 

«C'est quand même dommage de se mettre en grève alors que la réforme aboutira à une augmentation des rémunérations», regrette Jean-Michel Blanquer qui reproche aux syndicats d'avoir de «fausses informations» auprès du corps enseignant.

A la question de savoir comment le gouvernement compte-t-il s'y prendre pour maintenir le niveau de pensions des enseignants, il répond que «la différence qui peut exister entre un professeur et un cadre A de la fonction publique met surtout en lumière une différence au niveau des primes, donc c'est plutôt de ce côté-là que l'on voit les ajustements nécessaires».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles