Ardennes : une calèche et deux chevaux remplacent les camions-poubelles à Charleville-Mézières

L'expérimentation est prévue pour durer un mois, jusqu'au 2 janvier. L'expérimentation est prévue pour durer un mois, jusqu'au 2 janvier. [Christof STACHE / AFP ]

Une initiative originale. La ville de Charleville-Mézières, dans les Ardennes, teste depuis ce mardi 10 décembre le ramassage des déchets recyclables à l'aide de chevaux, qui remplacent les traditionnels camions-poubelles.

Ce sont deux chevaux de trait ardennais, Axel (9 ans, une tonne sur la balance) et Upsy (13 ans, 1.200 kilos), qui tractent l' «hypo-benne», sous la baguette de Georges Villeval, le cocher-charretier de Charleville-Mézières. Leur tournée se limite à quatre quartiers de la commune, un test censé durer un mois, jusqu'au 2 janvier. Puis, début 2020, la même expérimentation sera menée dans le centre ancien de Sedan, à 20 kilomètres de là.

Objectif, sensibiliser la population à la problématique du tri sélectif. Les zones ciblées par ce nouveau type de collecte sont en effet des quartiers où trier n'est pas encore totalement entré dans les habitudes des habitants. Et les précédents peuvent donner de l'espoir à Charleville-Mézières. Selon France Bleu Ardennes, «des communes qui ont déjà adopté le ramassage des déchets hippomobile ont vu la collecte de tri sélectif s'accroître de 15 %». «C'est un mécanisme étonnant mais créer du lien incite les gens à être plus attentifs à ce qu'ils mettent dans les poubelles», assure au média local Boris Ravignon, président d'Ardenne Métropole.

Les premiers retours des habitants sont pour l'instant positifs. «C’est agréable de voir cela plutôt qu’un ramassage ordinaire de poubelles. Et c’est plus écologique», se réjouit un riverain interrogé par L'Ardennais. Et ce n'est pas forcément moins efficace qu'un camion, note France Bleu, car les chevaux se déplacent à environ 6 km/h de moyenne, contre 5 km/h pour les camions.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles