Paris : en pleine grève, quels transports seront ouverts pour la nuit du Réveillon ?

Seules les deux lignes de métro automatiques circuleront la nuit du 31 décembre. Seules les deux lignes de métro automatiques circuleront la nuit du 31 décembre.[© Philippe LOPEZ / AFP]

Chaque année, les fêtards du Nouvel an parisien peuvent compter sur plusieurs lignes de transports en commun pour les raccompagner chez eux. Mais en raison de la grève contre la réforme des retraites, le dispositif va être adapté pour la Saint-Sylvestre.

En effet, plus de trois semaines après le début du mouvement social, la RATP ne semble pas en mesure cette année de proposer un tel service et a déjà annoncé que seules les deux lignes automatiques (la 1 et la 14) fonctionneront normalement, jusqu'à 2h15 du matin. Les derniers départs des terminus seront à 1h45.

Seule consolation, trois lignes de tramway circuleront toute la nuit (les lignes T2 entre Pont de Bezons (95) et Porte de Versailles (15e), T3a entre Pont du Garigliano (15e) et Porte de Vincennes (12e) et T3b entre Porte de Vincennes (12e) et Porte d'Asnières (17e)). Les lignes de bus Noctilien, seront spécifiquement «renforcées», avec un service de «50%» supérieur à la normale, selon la RATP, pour répondre à la demande.

Pas d'importants changements pour la journée donc, alors que la RATP estime que le trafic pour mardi 31 décembre sera «équivalent à celui de lundi 30 décembre», avec quelques heures de pointe à prévoir «de 15h30 à 18h30» sur les lignes de métro, comme le soir du 24 décembre.

Des trains de banlieue toute la nuit depuis trois gares

De son côté, la SNCF entend mettre en place des trains de banlieue toute la nuit du réveillon depuis les gares de l'Est, du Nord et Saint-Lazare à Paris, avec un train par heure en moyenne.

Le responsable invite néanmoins Il est toutefois recommandé aux usagers de bien vérifier les horaires et les stations desservies et les horaires sur l'application et les sites de la SNCF. Par exemple, le service ne sera assuré – toutes les deux heures – qu'entre Paris et Meaux (Seine-et-Marne) sur la ligne P, qui compte cinq branches en banlieue.

«On a choisi ces axes parce qu'on a des ressources disponibles» en agents non-grévistes, a expliqué Alain Krakovitch, le directeur général de SNCF Transilien. Pour les trois autres gares parisiennes (Austerlitz, Lyon et Montparnasse), «on n'aura pas les moyens de faire ce service», a-t-il regretté.

Plus de 200 agents de la Sûreté ferroviaire seront «présents toute la nuit pour veiller sur nos voyageurs et nos agents», a aussi souligné le responsable.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles