Marine Le Pen soutient Macron dans sa lutte contre les discours anti-français

La dirigeante du Rassemblement national insurge elle aussi contre les propos anti-français de certains pays du Sahel.[ERIC FEFERBERG / AFP]

Marine Le Pen a estimé mardi qu'Emmanuel Macron avait eu «raison» de s'indigner contre les discours anti-français au Sahel et a appelé à lutter contre le «fondamentalisme islamiste» comme Winston Churchill avait combattu le «nazisme».

«Quand M.Macron convoque un certain nombre de pays du Sahel pour leur dire "vous ne pouvez pas jouer un double jeu et nourrir la contestation anti-française alors que (...) vous nous avez appelés à l'aide pour vous protéger du fondamentalisme islamiste", je trouve qu'il a raison», a déclaré la présidente du Rassemblement national.

Confrontés à une escalade des attaques jihadistes, les présidents de cinq pays sahéliens et le président français ont convenu lundi à Pau de renforcer leur coopération militaire contre les jihadistes. Emmanuel Macron a dénoncé avec colère des discours «indignes» anti-français dans cette région portés notamment par des «puissances étrangères».

La dirigeante d'extrême droite a cependant trouvé le ton du chef de l’Etat manquait de vigueur quand il a appelé tous les pays et partenaires à participer à une Coalition pour le Sahel. «Dans son invitation il aurait pu être un tout petit peu plus ferme compte tenu des enjeux», a-t-elle dit. «Quand j'entends Emmanuel Macron nous dire "tous les pays partenaires qui le souhaitent sont les bienvenus" j'ai cru qu'il les invitait à sa fête d'anniversaire», a-t-elle ironisé.

«Le terrorisme n'est qu'une des multiples armes du fondamentalisme islamiste»

Marine Le Pen a également appelé à lutter contre le «fondamentalisme islamiste» au Sahel mais également en France et sous toutes ses formes, comme l'ancien Premier ministre britannique Winston Churchill avait combattu le «nazisme».

«J'entends le président de la République régulièrement nous dire "on lutte contre le terrorisme". C'est comme si Winston Churchill en 1940 à Londres disait "on lutte contre les bombardements". Non, Winston Churchill a dit "on lutte contre le nazisme". Eh bien nous, il faut lutter contre le fondamentalisme islamiste. Le terrorisme n'est qu'une des multiples armes de ce fondamentalisme islamiste», a développé la cheffe du RN.

Dans le «fondamentalisme islamiste, (…) il y a aussi la subversion de nos administrations, de nos grandes entreprises publiques, il y a aussi le communautarisme. Or contre cela, rien n'est fait», a encore dénoncé Marine Le Pen.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles