Perpignan : ses salariés deviennent ingérables, un patron ferme son entreprise pendant la nuit

[AFP]

Parce qu'il ne pouvait plus gérer les écarts de conduite de ses salariés devenus indisciplinés, un patron sous-traitant d'Amazon n'a eu d'autres choix que de fermer, dans la nuit de jeudi à vendredi, son entreprise.

A leur arrivée sur leur lieu de travail, ses employés ont été interdits d'accès au site et leur camion de livraison avait disparu. A France Bleu, qui se fait écho de cette affaire, le chef d'entreprise a indiqué être devenu l'«otage d'une mafia» s'étant montée dans sa propre société.

Reste que ses salariés livrent une version contradictoire de celle du chef d'entreprise. Ils estiment plutôt être victimes d'une punition pour avoir fait grève la veille. En effet, ils avaient accusé leur patron d'avoir fait usage, pendant les fêtes de Noël, de CDD déguisés après avoir mis fin aux périodes d'essai d'une vingtaine de CDI.

Lorsque le mouvement social a éclaté, l'entrepreneur aurait, par ailleurs, vivement recommandé à ses employés de reprendre le travail et les a menacés de perdre leur emploi. Finalement, un SMS, reçu la nuit de la fermeture l'entreprise par un chef d'équipe, se sera révélé prémonitoire. «Tu pourras aller pointer au chômage demain», menaçait le court texte rédigé par le patron.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles