Déclaré mort, un Espagnol aurait été retrouvé 20 ans après en Italie

L'homme a été retrouvé vivant en ermite dans une réserve forestière de Toscane en Italie. [Riserva Naturale della Valle dell'Inferno / photo d'illustration / CC Mark Soetebier].

Un homme, découvert vivant comme un ermite dans une forêt de Toscane (Italie) a affirmé être un Espagnol qui avait disparu sans laisser de trace il y a près de 20 ans. L'homme a depuis pris la fuite. 

Il dit s’appeler Carlos Sanchez Ortiz de Salazar et s’il a présenté les documents d’identité aux hommes qui l’ont découvert, les doutes subsistent. Carlos avait 26 ans lorsqu’il a mystérieusement disparu en 1995. Souffrant d’une forme sévère de dépression, il avait été déclaré mort en 2010, comme l’indique le Daily Express sur son site, reprenant une information du Huffington Post du 8 novembre.

Un ancien étudiant en psychiatrie

Originaire de Bilbao (Pays Basque espagnol), la dernière adresse connue de Carlos était située à Séville en Andalousie et remonte à 1996. Il s'y était installé pour suivre des cours de psychiatrie à la faculté. Il serait âgé de 46 ans aujourd’hui.

Contactés par une association de personnes disparues, les parents de Carlos se sont déplacés en Toscane pour tenter d’identifier l’ermite. En vain puisque l’homme s’est à nouveau évanoui dans la nature il y a 15 jours et les recherches pour le localiser ont toutes échoué jusqu’à présent. 

[Des photos de Carlos Sanchez Ortiz de Salazar lorsqu'il était inscrit à la bibliothèque de la faculté de médecine de Séville en Espagne]

«Je ne veux pas vivre parmi les gens»

Des cueilleurs de champignons, avec lesquels l’homme mystérieux avait lié contact, ont indiqué que ce dernier vivait dans une tente de fortune. Ils l’ont décrit «au visage sale entouré d'une longue barbe».

L’ermite leur a présenté son passeport en déclarant «Je suis Espagnol, mon nom est Carlos et je suis ici depuis 1997». Il aurait ensuite déclaré aux cueilleurs qu’il ne «voulait pas vivre parmi les gens et qu’il quittait sa cachette maintenant qu’il avait été découvert».

Les cueilleurs ont ensuite contacté une association de personnes disparues espagnole qui a réussi à retrouver les parents de Carlos.

Sa mère a déclaré qu'il était «très important» pour elle et son époux de savoir si Carlos était réellement en vie et qu'ils étaient inquiets pour sa santé.

«Nous respectons ses désirs et sa liberté, mais nous ne serons pas tranquilles tant que nous ne l’aurons pas serré dans nos bras, ne serait-ce que pour un instant», a-t-elle dit.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles