La maison du "Silence des Agneaux" ne trouve pas d'acheteur

Contrairement à une idée reçue, les maisons popularisées par Hollywood ne sont pas forcément celles qui se vendent le mieux. À l'image, la maison du "Silence des Agneaux". [Capture d'écran YouTube]

Mise en vente à l'été 2015, la maison utilisée pour "Le Silence des Agneaux", le célèbre thriller de Jonathan Demme sorti en 1991 avec l'actrice Jodie Foster, ne trouve pas preneur.

La demeure attire pourtant de nombreux curieux depuis plus de vingt-cinq ans. Mais maintenant qu'elle est disponible sur le marché immobilier de la petite ville de Layton (Pennsylvanie, Etats-Unis) où elle est située, personne ne semble vouloir y vivre, rapporte le New York Times.

Tout semblait pourtant bien parti. Dès sa mise en ligne, l'annonce était ainsi la deuxième plus vue du site spécialisé en immobilier Realtor.com, détaille le quotidien américain. Les mois passant, son prix a baissé de 300 000 à 249 900 dollars (228 000 euros), mais la maison est toujours disponible. Preuve que si les gens sont ravis de la visiter, bien peu sont disposés à vivre dans l'imposante et austère bâtisse.

Autre reproche adressé à l'encontre de l'endroit, le manque d'animation aux alentours. Située à une heure de route de Pittsburgh, la maison est en effet très isolée. Une unique voie d'accès, un vieux pont en bois, la relie à la ville voisine. Pour compléter ce tableau peu réjouissant, à proximité de la maison se trouve un tunnel que certains visiteurs soupçonnent d'être hanté. 

Un prix surévalué ?

Une raison plus simple pouvant expliquer le manque d'entrain des potentiels acheteurs est que son prix serait surévalué. Son prix de vente est ainsi bien au dessus du prix médian de biens similaires pour la Pennsylvanie, qui, selon Realtor.com, est de 149 900 $ (136 000 euros). 

Autre facteur  : contrairement à une idée reçue, une maison popularisée par le cinéma ou la télévision n'a pas forcément plus de chances de se vendre. Elles ont même parfois des résultats mitigés sur le marché, soulève le New York Times. Ce fut le cas de la maison de Prince, à Minneapolis, utilisée dans le film "Purple Rain", ou de celle située à Los Angeles et popularisée dans la série "Modern Family".

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles