L'épouse apparaît à ses propres funérailles après que son mari a payé pour la tuer

La défunte supposée était bien vivante. [ALBERTO PIZZOLI / AFP]

C'est une histoire incroyable qu'a rapporté ce vendredi le Washington Post. Noela Rukundo s'est rendue à ses propres funérailles, près de Melbourne (Australie) afin de surprendre son mari, qui pensait qu'elle était morte. Et pour cause : il avait payé pour la faire tuer.

"Est-ce mes yeux, est-ce un fantôme ?!", s'est exclamé le mari horrifié en aperçevant la femme avec qui il avait été marié pendant dix ans, et dont il était donc légalement toujours le mari. Il a ensuite voulu lui toucher l'épaule afin de vérifier qu'elle se tenait bien devant lui. Avant de bondir et de se mettre à crier quand il s'est rendu compte qu'elle était bien réelle. "Surprise ! Je suis toujours vivante !" a alors lancé la femme, bien vivante après ses funérailles.

A lire aussi : Vidéo : il sauve un enfant de trois ans suspendu dans le vide

La surprise a en effet dû être de taille, puisque cinq jours auparavant, l'homme avait engagé une équipe de tueurs à gages afin de supprimer son épouse. Et ces derniers lui avaient affirmé avoir rempli leur mission, lui demandant même quelques milliers de dollars supplémentaires.

Affolé, le mari a fini par se fondre en excuses, répétant à quel point il était désolé. Mais ce n'était pas suffisant pour apaiser la colère de son épouse, qui a appelé la police. Poursuivi pour meurtre, le mari a plaidé coupable et a été condamné à neuf ans d'emprisonnement.

Cette histoire, rapportée ce vendredi par le Washington Post, a eu lieu il y a près d'un an entre l'Australie et le Burundi. Le quotidien rappelle ainsi également comment la femme est parvenue à s'en sortir. Alors qu'elle s'était rendue avec son mari dans son Burundi natal pour assister aux funérailles de quelqu'un de la famille, quelqu'un avait frappé à la porte de sa chambre d'hôtel alors qu'elle se trouvait seule. Lorsqu'elle a ouvert la porte, elle est tombée sur un homme pointant un pistolet sur elle.

A lire aussi : Belfort : elle frappe son bébé de 5 mois contre une voiture

"Ne crie pas", lui a lancé l'homme, lui expliquant que si elle le faisait, il se ferait arrêter mais elle serait morte. Elle avait alors été entraînée, les yeux bandés, vers un lieu inconnu, où elle a été attachée à une chaise. Ses ravisseurs lui ont alors appris que c'était son mari qui avait commandité le meurtre. Mais il lui ont expliqué qu'ils ne voulaient pas tuer de femmes, et qu'ils la libèreraient, mais qu'ils garderaient néanmoins l'argent qu'elle avait avec elle à l'hôtel. Manifestement, le mari ne se faisait pas à l'idée que son épouse veuille le quitter.

Une fois libre, Noela Rukundo a contacté son pasteur à Melbourne, lui expliquant la situation. Ce dernier l'a alors aidé à revenir en Australie, en toute discrétion. Pendant ce temps, le mari avait raconté à toute la communauté en Australie que sa femme était décédée dans un accident. Il sera démenti par l'apparition de l'épouse lors des funérailles.

Aujourd'hui, Noela Rukundo vit seule, avec huit enfants à élever. Mais elle est déterminée à aller de l'avant. "Je vais rester debout comme une femme forte. Ma situation, ma vie passée n'existent plus. Je commence une nouvelle vie".

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles