Comment retient-on ses mots de passe ?

Trois Français sur dix conservent des traces écrites. [© V.LOISON/SIPA/Montage écran Direct Matin]

Un sondage exclusif de l’institut CSA pour Direct Matin publié ce mardi s’intéresse aux stratégies développées par les Français pour ne pas oublier leur mot de passe d'adresse email, leur digicode de l'immeuble ou encore leur code de carte bleue.

Premier enseignement, près d’un tiers (31 %) des sondés préfèrent garder une trace écrite. Les plus âgés sont sans surprise les plus prudents. 53 % des plus de 65 ans préfèrent noter leurs mots de passe sur une feuille ou dans un calepin. Dans une moindre mesure, les 50-64 ans (38 %) adoptent la même méthode. Une option également privilégiée par une femme sur trois (34 %). «Les Français sont très attachés au support papier car c’est un moyen de se prémunir à l’heure des questions de cybersécurité», analyse Jérémie Piquandet, du pôle society de CSA.

A lire aussi : Les codes wifi des aéroports du monde entier réunis sur une carte

Un quart (25 %) des personnes interrogées préfèrent, quant à elles, faire appel à leur mémoire. Et plus on est jeune, plus on fait confiance à sa matière grise. C’est le cas de 39 % des 18-24 ans et de 30 % des 34-49 ans. Enfin, pour être sûrs de ne pas se mélanger les pinceaux, deux Français sur dix misent sur la simplicité : ils n’utilisent qu’un seul mot de passe pour tous leurs comptes internet.

Les Franciliens sont têtes en l’air

Une minorité de sondés choisissent des méthodes plus étonnantes pour être sûr de ne pas commettre d’erreur. Ainsi, 14 % (dont 21 % de CSP+) mettent au point des moyens mnémotechniques pour se souvenir de certaines suites de lettres et chiffres.

Par ailleurs, 6 % des personnes interrogées affirment utiliser des logiciels spéciaux (coffres-forts virtuels ou générateurs de codes). Une proportion qui monte à 13 % chez les 25-34 ans et concerne 8 % des hommes.

Enfin, 5 % des Français ont baissé les bras et confient ne jamais se souvenir de leurs mots de passe, un chiffre qui atteint 19 % chez les habitants d’Ile-de-France, «souvent plus actifs et utilisant plus de services numé­riques», explique Jérémie Piquandet.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles