CES 2017 : tout le monde veut son assistant virtuel

Le système développé par Amazon devrait équiper de nombreux assistants à l'avenir. [© Amazon]

Qu'ils équipent des voitures, des robots, un réveil, des réfrigérateurs ou même une console de jeu, les assistants personnels virtuels sont partout au CES de Las Vegas. L'édition 2017 du célèbre salon high-tech marque l'avènement de ces intelligences artificielles au service de l'homme.

Ils s'appellent Alexa d'Amazon, Google Assistant, SmartThings Hub chez Nvidia, Bonjour de Holi... et invitent à interagir avec la technologie de la manière la plus naturelle possible : avec la voix. Plus loin que les échanges avec Siri, Cortana ou Google Now proposés sur les smartphones, tous ces produits se veulent de véritables domestiques capables de gérer par exemple la maison connectée, l'agenda de la famille, de commander des courses, voire de donner des conseils pour s'habiller en fonction de la météo ou d'indiquer quand partir pour éviter les bouchons.

A lire aussi : CES 2017 : LG dévoile un téléviseur qui s'accroche comme un poster

Si de nombreux projets gravitent depuis plus d'un an dans ce secteur, le salon CES de cette année dévoile pour la première fois des systèmes concrets qui seront commercialisés dans les prochaines semaines. Signe que 2017 devrait marquer un tournant dans ce domaine.

Parmi les solutions les plus plébiscitées, Amazon Alexa a frappé fort. De nombreux objets connectés et assistants sont désormais compatibles avec ce que le géant de l'e-commerce avait présenté l'an passé avec sa solution Amazon Echo. La plate-forme semble efficace et prête pour gérer la domotique. L'outil a même évolué pour devenir également un assistant à la conduite, développé en partenariat avec Ford.

Autre société très intéressée par ce type d'intelligence artificielle, Nvidia a dévoilé une nouvelle version de sa Shield TV qui fonctionne avec Google Assistant. Il est possible de s'adresser librement à cette petite machine, dédiée à l'origine au jeu vidéo et aux contenus vidéos en streaming. Une fois raccordée à un téléviseur, on peut en faire une interface capable de gérer les différents objets connectés du domicile.

De même pour les Français de Holi. Leur réveil baptisé Bonjour peut rythmer la vie de la maison du lever jusqu'au coucher, avec de nombreux scénarios qu'il est possible de développer (fermer le garage, lancer la surveillance vidéo du foyer, éteindre toutes les lumières de la maison...).

Des limites territoriales à dépasser

L'ensemble des assistants virtuels montré au CES dévoile des services intéressants et laissent imaginer ce que sera la maison de demain, ainsi que notre rapport plus conversationnel avec la technologie. Néanmoins, de nombreuses questions restent en suspens à l'issue du salon. Ce dernier se déroulant aux Etats-Unis, de nombreux services risquent d'y rester cantonnés pour quelques années. C'est notamment le cas pour Alexa d'Amazon, dont certains services (liés à des commandes d'objets par exemple) ne sont pas encore proposés hors du territoire américain.

Autre limite : l'unicité des systèmes. Si à l'heure actuelle chacun s'affronte avec ses armes et que l'idée de produits intercompatibles se développe, il faudra tout de même s'assurer que ces assistants restent utilisables avec d'autres objets connectés à l'avenir. Ce que les constructeurs promettent.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles