Asobo Studio, rencontre avec les pros de la réalité augmentée

Le jeu Fragments permet de participer à une enquête policière qui se déroule dans son propre salon. [© Asobo Studio]

Jouer aux policiers scientifiques pour résoudre une scène de crime qui s'est déroulée dans votre salon, regarder sa série préférée avec un des acteurs assis sur le canapé ou encore suivre les conseils d'un chef venu exécuter une recette dans la cuisine. Tout ceci est virtuellement possible avec la réalité augmentée.

Un champ des possibles auquel croit Asobo Studio. La société bordelaise est l'une des premières au monde à développer des applications et des jeux vidéo sur le casque Hololens de Microsoft. Direct Matin s'est rendu dans ses locaux, situés près des rives de la Garonne, pour découvrir le futur que nous réserve cette technologie appelée à transformer notre quotidien.

A lire aussi : Réalité virtuelle : on a testé la nouvelle salle MK2 VR à Paris

Depuis maintenant quinze années, le studio s'est spécialisé dans la conception de jeux, notamment pour Disney, Ubisoft, Microsoft ou Codemaster. S'il a été approché par Microsoft, il y a quelques années, pour travailler sur les prototypes de casques de réalité augmentée, c'est grâce à son travail sur la Kinect (le système à base de reconnaissance de mouvements) de la Xbox 360. «Avec le jeu "Kinect Héros" nous avions réussi à faire ce que peu de studios étaient capables de programmer, souligne Martial Bossard, co-fondateur d'Asobo. Cela à attirer l'attention de Microsoft qui nous a proposé de participer à la recherche et au développement de son projet. Nous étions très flattés et c'était aussi l'occasion de mettre un pied dans la science-fiction, car il nous a fallu rapidement imaginer différentes applications pour la réalité augmentée».

youngconker-hololens-asobo.jpg

A l'issue de ce brainstorming est née l'idée d'élaborer deux titres. Young Conker, qui invite à jouer avec un petit écureuil dans son salon, et Fragments, véritable jeu d'enquête digne de la série «Les Experts». Ces logiciels, déjà disponibles pour les possesseurs de Hololens, s'avèrent réellement bluffants.

La technologie tout-en-un, développée pour ce casque, permet notamment de scanner entièrement une pièce de la maison. Canapés, tables basses, meubles, murs et télévisions sont ainsi intégrés dans l'expérience de jeu afin d'y superposer des éléments virtuels. Il est d'ailleurs amusant de voir Conker, le petit rongeur, se promener sur le sol de la maison, mais aussi de bondir sur les fauteuils pour y collecter des pièces et des bonus, à l'instar d'un Mario.

fragments_asobostudio_hololens.jpg

Plus impressionnant encore, Fragments laisse imaginer ce que donnent les interactions avec des acteurs virtuels venus s'installer dans le salon. Plusieurs scénarios permettent de participer à des enquêtes. A l'instar des escape games, très à la mode, le joueur est alors invité à découvrir des indices cachés jusque sous la table ou derrière un cadre. Il est également très facile d'interagir avec ses mains sur les différents éléments en 3D, puisque le casque prend en compte la reconnaissance de mouvements. On passe également aisément entre la scène de crime et le laboratoire de la police, tout en manipulant les divers indices pour faire éclater la vérité.

Concevoir un tout nouveau type de jeux

Asobo est parti d'une feuille blanche afin de concevoir ce nouveau type de jeux. «Nous avons par exemple développé tout le code qui permet de reconnaître les lieux. La lecture du monde (analyse de la pièce, la séparation des éléments...) est en effet un élément essentiel pour que ces expériences soient optimales», précise Martial Bossard.

A lire aussi : Les 12 jeux vidéo les plus attendus de 2017

Autre point étudié de près : la psychologie des utilisateurs. Plusieurs centaines de personnes ont testé le système et leurs réactions ont été étudiées de près. «Nous nous sommes par exemple rendus compte qu'il était très compliqué de réaliser des personnages réalistes car la moindre différence avec le comportement d’une personne réelle met mal à l’aise l’utilisateur. En outre, il ne faut pas être trop intrusif et laisser de la distance face aux acteurs virtuels», ajoute-t-il.

Du jeu vidéo à la formation professionnelle

Grâce à ses premiers jeux vidéo en réalité augmentée, Asobo a choisi de développer son expertise pour produire des solutions destinées aux professionnels. Elle a ainsi ouvert Holoforge Interactive afin de proposer des logiciels pour la formation professionnelle, l'éducation... Et Martial Bossard de préciser : « Au lancement du casque de Microsoft, nous étions la seule société autre qu’eux-mêmes à savoir développer. Les grandes entreprises nous ont donc rapidement contacté pour leur faire des démonstrations». Les logiciels promettent d'irriguer tous les domaines, de la médecine au tourisme. Ce dernier secteur possède déjà des applications, puisqu'Asobo propose par exemple des visites pédagogiques autour de sites mondialement connus que sont Rome et le Machu Picchu.

Asobo en reste convaincu : la réalité augmentée sera bientôt ancrée dans notre quotidien. «Il s'agit de la prochaine technologie disruptive. Il sera difficile de s'en défaire, car à la différence des smartphones, on relève la tête et les informations nous accompagnent de manière plus naturelle», conclut Martial Bossard.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles