MWC 2017 : Nokia ressuscite son 3310

Le modèle sera proposé pour 49 euros et décliné en quatre coloris. [© Nokia/HMD]

C'était LE smartphone emblématique du début des années 2000 et il fait aujourd'hui son grand retour avec un nouveau lifting. Sans être révolutionnaire, le petit mobile de Nokia a fait une entrée très remarquée pour le Mobile World Congress à Barcelone.

Le modèle devrait d'ailleurs ravir les «nostalgeeks» de la première heure, qui pourraient y voir un portable d'appoint rétro-rigolo. Pour 49 euros, on retrouve tout ce qui faisait le sel de ce modèle culte (photo ci-dessous), à commencer par son autonomie record. L'appareil pourrait ainsi rester un mois en veille et permettrait de rester 22 heures de suite au bout du fil avec un interlocuteur, annonce ses concepteurs. Côté design, le 3310 version 2017 s'offre une allure légèrement moins anguleuse et son écran passe à la couleur.

nokia-3310.jpg

Un «dumbphone» rigolo mais obsolète

Lancé comme un véritable «dumbphone» (Mobile Idiot), il ne vise pas à concurrencer nos smartphones actuels. Il témoigne plutôt des mobiles d'ancienne génération et se veut simple d'usage pour draguer les geeks mais aussi les seniors. On relèvera la présence du célèbre jeu Snake qui aura le mérite de faire sourire les premiers joueurs mobiles. Les SMS se rédigeront à l'ancienne en tapotant à différentes reprises sur les numéros du clavier physique. Enfin, on retrouve également les sonneries polyphoniques d'antan.

A lire aussi : MWC 2017 : les stars du salon du mobile

Toutefois, il ne faut pas attendre de miracle, le téléphone restant bien loin des standards actuels et de nos usages. Des applications adaptées pourront néanmoins être téléchargées et un accès à Internet est prévu.

Ce 3310 est proposé par la start-up HMD, fondé par d'anciens de Nokia et qui détient déormais les droits d'utilisation de la licence la société finlandaise. Microsoft avait revendu ces droits l'an passé après avoir échoué à relancer la marque Nokia, que le géant américain avait acquise pour 5 milliards d'euros en 2014.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles