Facebook : 64 % des Français n’acceptent pas leur patron en ami

L'étude souligne également que 29 % des femmes acceptent par «peur des représailles». [© LOIC VENANCE / AFP]

Les Français sont peu enclins à mêler vie professionnelle et vie privée sur les réseaux sociaux. Selon une étude publiée ce lundi 13 mars par Qapa.fr, 64 % d'entre eux refusent les demandes d'invitation de leur supérieur hiérarchique ou de leur patron sur Facebook.

Un point de vue qui diffère d'ailleurs peu entre les deux sexes. Ainsi, 67 % des femmes ne l'accepteront pas, contre 61 % des hommes interrogés. Toutefois, les raisons invoquées pour justifier ce refus sont assez distinctes. Par exemple : neuf femmes sur dix (91 %) affirment catégoriquement qu'elles ne veulent pas mélanger les relations qu'elles ont au travail et celles de leur vie privée. Un avis partagé par 67 % des hommes, tandis que 33 % motivent leur rejet parce qu'il considèrent que ce n'est pas «un véritable ami».

A lire aussi : Facebook lance à son tour une fonction stories

D'un autre côté, un tiers des femmes et quatre hommes sur dix acceptent cette invitation. Parmi eux, un quart le font car ils considèrent leur patron comme un vrai ami. Plus inquiétant, 29 % des femmes l'acceptent par «peur des représailles», contre seulement 8 % des hommes pour le même motif. Tandis que 43 % des femmes et 67 % des hommes ne déclinent pas cette invitation, au motif qu'ils mélangent «sans problème vie professionnelle et vie privée» sur les réseaux sociaux.

Seulement un quart ose envoyer une invitation à leur patron

Cependant, l'étude, menée auprès d'un panel de 19.300 salariés présents sur Facebook, souligne que peu de Français demandent leurs supérieurs hiérarchiques en amis. Ainsi, seulement un quart des Français ose leur envoyer une invitation, avec une différence très marquée entre les deux sexes, puisque seulement 14 % de femmes franchissent ce pas, contre 35 % d'hommes.

Enfin, le rapport entre collègues reste également très réfléchi. Seuls 19 % des femmes et 22 % des hommes affirment accepter tous les collègues sans distinction. Près de 80 % préférant les trier sur le volet.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles