«Niut Blnahce» 2017 : les raisons du choix de l'affiche

Dévoilée mi-septembre sur les panneaux publicitaires de la capitale, l'affiche ne passe pas inaperçue[Capture YouTube / Mairie de Paris]

Non, soyez rassuré, vous n'êtes pas victime d'une hallucination visuelle, en regardant l'affiche de l'édition 2017 de la Nuit Blanche. Ou plutôt de la «Niut Blnahce».

Dévoilée mi-septembre sur les panneaux publicitaires de la capitale, celle-ci ne passe pas inaperçue. 

Et pour cause, comme l'indique le Huffington Post, Manuël Bürger et Pierre Vanni, les deux graphistes berlinois et parisien qui en sont à l'origine, ont délibérément cherché à capter l'attention des passants. 

«Nous avons gardé les premières et dernières lettres de "nuit" et "blanche" pour fixer ces deux mots, mais changé l'ordre des autres lettres par exemple en doublant les consonnes pour qu'ils soient dur à lire; et pourtant on y arrive», remarque Pierre Vanni, questionné par nos confrères.

Chacun son interprétation

L'artiste assure que l'affiche n'a pas été créée dans le but de «manipuler le public», mais que son principal intérêt est de laisser libre court à l'interprétation de chacun. «Certains y voient la métaphore d'une nuit blanche, d'une nuit de fatigue et la difficulté à parler, à lire».

Cette histoire n'est pas sans rappeler la soi-disant «édtue de l'Uvinertisé de Cmabrigde» qui aurait été publiée par un chercheur de Cambridge, afin de démontrer que la place des lettres dans un mot n'a aucune importance puisque la phrase reste compréhensible malgré tout. Une étude qui n'a en réalité jamais existé.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles