Nos 5 adresses pour une parenthèse ensoleillée à Sète

Plus qu’un sport, les joutes est un tournoi traditionnel estival qui reflète l’âme de la ville de Sète. [©PASCAL GUYOT / AFP]

Baignée à la fois par la grande bleue et l’étang de Thau, la ville de Sète, surnommée la Venise du Languedoc, conjugue héritage maritime, gastronomie, culture et douceur de vivre. Une destination authentique qui a su conserver ses traditions, et où la passion de la mer rythme la vie de la cité.

Voici cinq adresses incontournables pour découvrir la ville qui a tant inspiré les vers de Georges Brassens et Paul Valéry.

Le quartier mythique de la Pointe-Courte

Vivant des petits métiers de la pêche dans l’étang de Thau, les habitants ont façonné l'identité autant que l’âme de ce quartier, tel un village dans la ville. Avec ses petites cabanes de pécheurs faites de bric et de broc, ses pointus colorés, ses poteaux en bois, et ses filets de pêche qui sèchent au soleil, la Pointe-Courte est un monde à part où le temps est comme suspendu.

Tombée sous le charme de son état sauvage, de sa luminosité et de sa générosité, la cinéaste Agnès Varda a décidé de lui consacrer un film éponyme en 1954.

Sur les pas de Georges Brassens

A travers une scénographie originale, l'espace Georges Brassens rend hommage au poète au fil d'un parcours interactif. Muni d'un casque stéréophonique, les visiteurs se laissent guider par la voix de Georges Brassens tout en découvrant son enfance sétoise, sa montée à Paris, ses années difficiles, ses premiers succès et la richesse de son œuvre. On avance au rythme de la chanson pour l’Auvergnat, des Copains d’abord ou encore du Gorille.

Pour clôturer la visite, films et récitals inédits sont projetés dans la salle vidéo mais les visiteurs peuvent également se rendre juste en face, au cimetière le Py, où le chanteur repose auprès des siens depuis 1981.

Espace Georges Brassens, 67, boulevard Camille Blanc.

Une pause gourmande chez Dassé

Outre la macaronade, la seiche en rouille, la soupe de poisson, ou encore la daurade royale, la ville de Sète est reconnue pour ces fameuses tielles. Cette petite tourte en pâte à pain garnie de poulpes cuisinés à la tomate, aux épices et aromates, est une véritable institution de la gastronomie sétoise.

Transmise depuis trois générations, la recette artisanale de la famille Dassé est un véritable délice languedocien à découvrir de toute urgence. A la fois moelleuse et croustillante, la pâte renferme une généreuse garniture dont la réputation n’est plus à faire.

Tielles Dassé, 1 Rue de Copenhague.

Une escale au port de Sète

Avec ses cargos, paquebots, voiliers et bateaux de pêche, le port de Sète constitue le cœur de la ville. Elle serait née en même temps que son port, le 29 juillet 1666, par décision royale de Louis XIV qui souhaitait favoriser l'exportation des produits du Languedoc.

Apprécié pour le charme de ses canaux et son effervescence, le port de Sète regroupe à la fois les activités de commerce, de pêche et de plaisance. On s’y attarde pour regarder les bateaux prendre le large, les pécheurs qui s’activent sous nos yeux ramenant leur butin, ou tout simplement pour admirer le coucher de soleil.

000_par1009449.jpg

©PASCAL GUYOT / AFP

Port de Sète, 1 Quai Philippe Régy.

Une visite culturelle au MIAM

Installé dans un ancien chai à vin, le MIAM ( musée international des arts modestes), est un laboratoire ouvert à des artistes de tous horizons. Le musée abrite essentiellemnt la collection de ses deux fondateurs, le peintre Hervé Di Rosa et le plasticien et figuriniste Bernard Belluc.

Les visiteurs y découvriront des jouets, des figurines, des gadgets et toutes sortes de bibelots manufacturés ou artisanaux, mais aussi les sculptures de Théodore et Calixte Dakpogan, la maquette futuriste de Bodys Isek Kingelez, la remorque musicale TouTenTub de Jean-Marc Ferrari, et les vitrines de Frédéric Magazine.

MIAM, 23, Quai Maréchal de Lattre de Tassigny.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles