Jetez-vous vite dans la gueule de «Mon loup»

Les recettes, comme ce pot-au-feu, sont élaborées à partir de produits bio ou issus de l’agriculture raisonnée.[© Sébastien Filosa]

Après «Ma biche» dans le quartier des Abbesses, les copains et associés Serge et Pascal ont ouvert une seconde adresse aux Batignolles. Ici, le produit est roi et l’accueil chaleureux.

En poussant la porte de «Mon Loup», à quelques pas de la rue des Dames, à Paris (17e), nous sommes reçus avec un large sourire et une tape sur l'épaule, laissant présager un moment gastronomique de haute voltige. Et avec pour devise : «Un paysan dans ton assiette, te voilà bien dans tes baskets».

Dans ce bistrot aux allures de cabinet de curiosités, les clients se sentent, en effet, immédiatement comme à la maison, à l’instar d’un petit-fils qui viendrait partager un repas avec sa grand-mère. Immense bar en marbre où l’on peut déguster sur le pouce une terrine de campagne et ses pickles, tables en bois, vieilles photos en noir et blanc, vaisselle en porcelaine rétro et mobilier chiné, tout invite ici à un voyage dans le temps, loin de l’agitation et du stress parisien.

40_-_sebastien_filosa_ml_arriere_salle.jpg

© Sébastien Filosa

Point de «business plan» ou de longues files d’attente pour espérer décrocher une table dans l'un des restaurants gérés par des diplômés d’HEC, ici, le chef revisite des recettes d’antan qu’il élabore à partir de produits bio ou issus de l’agriculture raisonnée. La carte évolue en fonction des saisons et des arrivages. «La vedette chez nous c’est le paysan, son produit, son terroir», scandent Serge et Pascal.

Et les papilles sont en émoi à la simple vue de la truite, tout droit sortie des cuisines où elle a été fumée. Sur place et à l’ancienne. Les viandards ne sont pas en reste puisqu’au menu, viande Salers, saucisse de l’Aveyron et fricassée de canard aux figues - accompagné d’un gratin dauphinois pas trop crémeux - se succèdent. Sans oublier le burger de l’Auvergnat - Paris Clermont - avec sa maxi dose de Saint-Nectaire ou le risotto croquant de petit épeautre de Normandie pour les végétariens.

25_-_sb_maquereaux.jpg

© Sébastien Filosa

27_-_sb_les_couteaux.jpg

© Sébastien Filosa

Côté dessert, on succombe en un coup de cuillère au «dangereux moelleux au chocolat», ainsi qu'au croustillant de pommes servi avec sa glace vanille macadamia.

dangereux.jpg

© Charlotte Marsal

Pour accompagner ce festin, il faut, selon Serge, «du pif qui fait paf». Encore une fois, les propriétaires de ce lieu atypique s’y connaissent et n’hésitent pas à faire des kilomètres pour rencontrer les vignerons. Le résultat est là, encore une fois, et les clients se délectent de breuvages à des prix accessibles.

45_-_sb_ml_-_detail_bar.jpg

© Sébastien Filosa

Pour ceux qui n’auraient malheureusement pas le temps de s’attabler, ce restaurant, qui envisage d'ouvrir prochainement une épicerie avec la préparation de paniers de légumes bio, propose une formule déjeuner en 20 minutes à 12,50 euros, comprenant le plat de la semaine et un café. Autre atout de cette adresse ? L'happy-hour et le brunch format XXL le week-end.

La magie opère donc aussi bien dans la salle que dans l’assiette. «Mon Loup», nouveau repaire des gastronomes et épicuriens.

«Mon Loup», 114, rue de la Condamine, Paris (17e), 09 51 55 24 29. Entrées entre 6 et 9 €, plats entre 14 et 22 € et desserts entre 6 et 9 €. Fermé le mercredi midi, le dimanche soir et le lundi.

Vous aimerez aussi

Alsace Le restaurant «Le Crocodile» à Strasbourg élu meilleure enseigne gastronomique du monde
Gastronomie Paris : le rendez-vous des gastronomes au salon Saveurs des plaisirs gourmands
Le comptoir du Petit Olympia accueille le public comme les artistes [©Mikael Semhoun]
food L'Olympia ouvre son restaurant hommage : «Le Petit Olympia»

Ailleurs sur le web

Derniers articles