Les 5 expos pour enfants à voir pendant les vacances de la Toussaint à Paris

Plus de 250 millions de livres Monsieur Madame ont été vendus depuis leur création. [©DR]

Les vacances de la Toussaint arrivent à grands pas et les musées parisiens ne manquent pas d’imagination pour occuper les enfants. Des comédies musicales, aux Monsieur Madame, en passant par les classiques de la littérature enfantine, voici une sélection d’expositions ludiques à faire en famille pour apprendre tout en s’amusant.

Il était une fois à la cité des sciences 

Une morale scientifique. En s’appuyant sur dix classiques de la littérature enfantine connus dans le monde entier, l’exposition Il était une fois invite les visiteurs à explorer la science présente dans chaque histoire - Alice au pays des merveilles, Blanche Neige, Pinocchio, ou encore Cendrillon - au travers d'une trentaine d'expériences interactives.

pinocchio.jpg

©DR

Ainsi, le public pourra par exemple s’amuser à deviner quelle « pantoufle de verre » est vraiment en cristal parmi des pantoufles de différentes matières, découvrir si la brique est vraiment plus forte que le bois et le bois plus fort que la paille, comme l’indique l’histoire des Trois Petits cochons, pourquoi le rouge est-il associé au danger ou encore connaitre toute la biologie du « grand méchant loup ».

foret.jpg

©DR

Au sein de la forêt enchanté, espace central de l’exposition, les visiteurs pourront sentir les odeurs de la forêt, les textures des écorces ainsi qu’écouter les « morales » scientifiques de dix fables, cachées à l’intérieur des troncs.

Il était une fois la science dans les contes, jusqu’au 18 novembre, Cité des sciences et de l’industrie (19e).

Monsieur Madame au musée en herbe

Des drôles de petits bonhommes. Le musée en Herbe rend hommage à l’univers coloré et fantastique des personnages créés par Roger Hargreaves à travers son exposition les Monsieur Madame.

frise-ardpg-speedy.jpg

©DR

Reconnus pour leurs formes simples, ces bonhommes sympathiques développent chacun un caractère entier, une attitude humaine, dont ils prennent le nom. Afin de prolonger cette découverte des émotions, le musée en Herbe a donné carte blanche à 23 artistes contemporains de renom - Adam Hargreaves, Argadol, Boris ou encore Tissot – qui se sont amusés à les réinterpréter avec humour et tendresse.

kashinkc_saffara_negus.jpg

© Saffara Négus

Au sein de ce parcours initiatique, les enfants pourront également lire les histoires de Roger Hargreaves, inventer leur propre histoire des Monsieur Madame ou encore se mettre dans la peau d’un street artiste en créant un personnage à la bombe.

mur-tag-enfants.jpg

©DR

Les Monsieur Madame, jusqu’au 20 janvier, le musée en Herbe (1er).

les Comédies musicales à la philarmonie

La joie de vivre au Cinéma. De Fred Astaire à John Travolta, de Cyd Charisse aux héroïnes de Jacques Demy, de West Side Story aux objets virevoltants de La Belle et la Bête, la Philharmonie de Paris propose de (re)découvrir la richesse des comédies musicales.

emma_stone_et_ryan_gosling_dans_la_la_land_real.jpg

©DR

Au sein d’une scénographie peuplée de personnages qui dansent, les visiteurs pourront s’immerger dans les films eux-mêmes à travers des projections géantes accompagnées de photographies et de documents rares. L’exposition reviendra sur le casting de stars, l’écriture des scénarios, la composition de la musique, les décors ainsi que les costumes et les chorégraphies de cette industrie de rêve tout en rappelant l’âge d’or des grands studios hollywoodiens des années 1920 aux années 1960.

george_chakiris_catherine_deneuve_grover_dale_et_francoise_dorleac_dans_les_demoiselles_de_rochefort_real.jpg

©DR

Enfin, les enfants pourront dès l’entrée se glisser dans la peau de leur personnage préféré en se déguisant et assister à une projection d’extraits tout particulièrement sélectionnés pour eux.

Comédies musicales, du 19 octobre au 27 janvier, Philharmonie de Paris (19e).

L'archéologie en bulles au musée du louvre

Entre le réel et la fiction. Pour sa 4ème saison, la Petite Galerie du Louvre accueille une exposition ludique qui fait dialoguer l’archéologie et la bande-dessinée. A travers une centaine d’œuvres, dont une sélection de planches de Jul, Nicolas de Crécy, ou encore Enki Bilal, le public pourra se glisser dans la peau d’un archéologue et découvrir fortuitement des « trésors », exhumer des objets enfuis, puis les interpréter. Mais aussi comprendre comment, à leur tour, les auteurs de bande dessinée mettent en scène ces découvertes archéologiques. Une double approche amusante pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

12-_isabelle_dethan_gaspard_et_la_malediction_du_prince_fantome_c_isabelle_dethan_-_editions_delcourt_-_musee_du_louvre_editions_2017.jpg

©Isabelle Dethan

L’archéologie en bulles, jusqu’au 1er juillet, Petite Galerie, musée du Louvre (1er).

Poison au palais de la découverte

Le grand frisson du poison. Le Palais de la découverte accueillera à partir du 10 octobre, Poison, une exposition sur l’utilisation de l’arme biochimique la plus remarquable de la nature : le venin. Au sein d’une ambiance scénographique tamisée, les visiteurs pourront observer une trentaine d’espèces vivantes venimeuses ou vénéneuses - reptiles, amphibiens, arthropodes - à travers 22 terrariums fidèles à leurs milieux naturels.

tom_thai_-_flickr.jpg

©DR

Ils croiseront par exemple, des dendrobates, ces minuscules grenouilles colorées des forets humides d’Amérique du sud, dont la peau exsude un poison violent, une mygale à genoux rouges, mais aussi un ensemble redoutable de serpents, comme le mamba noir.

_ondreicka_-_stock_adobe_0.jpg

©DR

Cette ménagerie inquiétante, à visiter en toute sérénité et sécurit, donnera également l’occasion au public de comprendre la préciosité de cette substance. Car si elle tue, immobilise, provoque de la douleur et de la peur, elle peut aussi sauver des vies.

Poison, à partir du 10 octobre, Palais de la découverte (8e). 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles