FIAC 2018 : 4 oeuvres contemporaines à découvrir à Paris

La FIAC comptera 195 galeries issues de 27 pays différents. [©DR]

Rendez-vous culturel incontournable, la FIAC (Foire internationale de l’art contemporain), est de retour à Paris du 18 au 21 octobre, pour sa 45e édition.

Sous la prestigieuse Nef du Grand Palais, les visiteurs pourront découvrir les galeries d’art les plus emblématiques de la scène internationale - du début du XXe siècle aux tendances les plus émergentes - mais aussi partir à la rencontre des œuvres d’art. Du jardin des plantes, au musée Delacroix, en passant par la place Vendôme et la Concorde, plusieurs installations dialogueront avec le patrimoine parisien.

Les étoiles de Elmgreen & Dragset sur la place Vendôme

000_19y13z.jpg

©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Pendant un mois, la FIAC invite un artiste à installer une œuvre majeure sur la prestigieuse place Vendôme. Cette année, prenant le contre-pied des sculptures monumentales traditionnelles, le duo d’artistes Elmgreen & Dragset y disposera cent étoiles de mer rouges en bronze, acier et patine, comme laissées en retrait par la mer. Un clin d’œil à l’Accord de Paris sur le climat et ses défis.

Une trentaine d’œuvres au Jardin des Tuileries

michelespangherodiac2016atfelsina-1.jpg

©DR

Au détour d’un bosquet, sur une allée, ou dans l’un des six bassins, une trentaine d’œuvres d’art investiront le Jardin des Tuileries (1er). Parmi elles, la sculpture Janey Waney, un des premiers Stabiles rouges de l’américain Alexandre Calder, Dià de Michele Spanghero, à travers laquelle le public pourra écouter et observer le paysage, ou encore Dorit, l’une des œuvres maîtresses de Franz West.

Les sculptures de Rebecca Warren au musée Delacroix

rebeccawarren.jpg

©DR

Pour le programme Hors-les-Murs, le musée national Eugène Delacroix accueillera, entre cour et jardin, l’œuvre de Rebecca Warren. Reconnue pour ses sculptures, assemblages et constructions réalisées à partir de matériaux divers, l’artiste anglaise présentera deux de ses pièces emblématiques : sa sculpture en bronze Rainer, s’élevant à trois mètres de haut, ainsi que Mélancholie.

Un ensemble d’architectures sur la place de la Concorde

03-web.jpg

©DR

Pour la première fois, la plus iconique des places parisiennes présentera un ensemble unique d’architectures historiques et contemporaines. Ce repère, oscillant entre habitats nomades et espaces de vie utopistes, accueillera notamment Les Îlots obliques de Claude Parent, les deux maisons de l’architecte français Jean Prouvé, dont sa structure pour l’Institut Fénelon de Clermont-Ferrand, ou encore Owan du japonais Kengo Kuma, une œuvre en inox semblable à un habitacle spatial.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles