On a testé Roxo, le nouveau resto des Bains Douches à Paris

A l'origine, cette adresse ouverte en 1885 accueillait de nombreux artistes et intellectuels, comme l'écrivain Marcel Proust. [© Roxo]

Nouveau lieu branché et prisé de la capitale, Roxo mérite le détour pour sa carte de cocktails XXL et son tour du monde des saveurs dans l’assiette.

Trois ans après sa réouverture, l'hôtel cinq étoiles des Bains Douches fait mouche avec son nouveau bar-restaurant qui compte, cerise sur le gâteau, un club au sous-sol pour danser jusqu'au bout de la nuit. Comme à la belle époque dans les années 1970-1980, le Tout-Paris se presse au Roxo pour partager un verre, un dîner, et plus si affinités...

Derrière le bar central en lave émaillée qui donne le ton de cette nouvelle adresse, le chef barman Eric Sablonière s'active - toujours avec le sourire - accompagné d'une équipe de choc. Celui qui a déjà travaillé pour le Night Flight ou le Prescription Bra, peut compter sur le professionnalisme de Benjamin Cousseau, champion de France de cocktails, Sébastien Serra, Pietro Costamagna et Cyril Pouvich, tous prêts à dégainer l'un des breuvages inspirés de l'histoire des Bains Douches.

Le chapitre «1885», en référence à l'ouverture des thermes des Bains Guerbois, propose, entre autres, «L'Heure de Proust» (18 euros), à base de Lillet blanc, de Campari, de thé infusé et de liqueur de St Germain, comme un clin d'œil à l'un des habitués des lieux. On succombe aussi au «Jeune Cube» (20 euros) - sur le volet «1978» - concocté à partir de Cognac Hennessy infusé à la noix de coco, d’un whisky tourbé indien Amrut, de Martini Ambrato et d'une note de liqueur infusée au miel. Rien que pour cela, Roxo marque des points.

wpbtcaf.jpeg

© Roxo

Si certains siroteront leurs cocktails au bar avec quelques fingers food, à l’instar des makis chauds aux gambas et au sésame (16 euros) en forme de délicieuses sucettes et d’un cromesquis de tapioca au comté et sa mélasse de canne à sucre (12 euros), d’autres poursuivront la soirée, confortablement installés dans l’un des salons cosy à la déco feutrée et à la lumière tamisée, ou dans l'un des patios végétalisés.

A la carte - designée par Alexander Kellas, qui a déjà officié pour le mythique Château Marmont de Los Angeles -, des assiettes à partager ou à savourer en solo... pour les plus gourmands égoïstes qui se moquent de la note. Une cuisine à l'image de Bruno Grossi, chef d'origine brésilienne passé par le Marcus, établissement double étoilé à Londres, et le triple étoilé Guy Savoy à Paris : audacieuse, recherchée et cosmopolite.

vukl5rs.jpeg

© Roxo

Sur les conseils du chef, on tente de sélectionner trois recettes parmi une carte généreuse. Après de longues minutes d'hésitation, notre curiosité nous poussera à commander le maquereau mariné au fruit de la saison pour une touche exotique (15 euros), les noix de Saint-Jacques accompagnées de morceaux de chou-fleur braisés sur un lit de tzatziki ultra crémeux (16 euros) et un magret de canard rosé et son coulis d’Acerola (18 euros) qui remportera tous les suffrages même ceux des non-viandards.

On fera aussi une entorse à notre régime en ajoutant une burrata servie avec un crémeux de betterave et un coulis de mandarine très surprenant (14 euros).

kl4avtc.jpeg

© Roxo

maquereau.jpg

© C. Marsal

Impossible de quitter les lieux sans tester le dessert signature : une mousse au chocolat qui prend des allures de cake et qui côtoie des fruits des bois et une boule de sorbet açai (11 euros) pour apporter un peu de fraîcheur. Un plaisir gustatif à apprécier au son des sets de DJ, avant de se laisser enivrer par un café Calva.

acaii.jpg© C. Marsal

En conclusion, Roxo est le nouveau lieu où il faut être vu et où personnalités, touristes et curieux s'y précipitent chaque jour avec quelques billets en poche. Mais il serait malhonnête de ne le réduire qu'à cela. Cette adresse s'avère un lieu de partage et de détente qui fait revivre l'un des plus grands temples de la nuit parisienne. Sans être bling-bling, les serveurs sont efficaces et attentionnés.

Idéal pour un afterwork, un dîner entre copines ou un dernier verre en amoureux. A noter aussi le copieux petit-déjeuner parfait avant une journée marathon.

Roxo, 7, rue du Bourg L'Abbé, Paris 3e. Ouvert du lundi au dimanche, de 12h à 14h30, et à partir de 18h.

Vous aimerez aussi

food On a testé Verde, le dernier lieu branché du triangle d'or à Paris
De savoureux pralinés réalisés par le chef Laurent Moreno attendent les visiteurs au 148, rue Saint-Honoré.
Pâtisserie La chocolaterie Le Bonheur s'installe à Paris
PinotBleu propose de composer son propre coffret de six bouteilles de vins.
food Pinotbleu présente son offre de Noël

Ailleurs sur le web

Derniers articles