Le festival Chorus de retour à la Seine Musicale

L'artiste électro Fatboy Slim clôturera la soirée du 5 avril sur la Grande Scène. L'artiste électro Fatboy Slim clôturera la soirée du 5 avril sur la Grande Scène. [©DR]

Le festival Chorus ouvre le bal de la saison des festivals et rempile pour une 31e édition, du 3 au 7 avril prochain, à la Seine Musicale (92). Électro, hip-hop, pop, soul, différents styles de musiques, à destination de tous les publics, seront joués par des têtes d’affiches mais aussi des artistes émergents. Tour d’horizon des cinq concerts à ne pas rater.

Fatboy slim

L’artiste anglais électro Fatboy Slim, est une figure du big beat, un genre musical qui mélange du rock, de la techno, de l’acid house, du punk et du hip-hop. Son album You’ve Come A Long Way, Baby (1998), dans lequel figure des hits comme Right Here, Right Now, Praise You ou en encore Rockafeller Skank, l’a révélé au grand public.

Ces trois tubes continuent d’ailleurs d’être un succès puisqu’ils ont été remixés dans ses EP Fatboy Slim vs Australia (2018) et Fatboy Slim vs New Zealand (2019).

Fatboy Slim, vendredi 5 avril, Grande Scène, dès 23h50.

Black star

Les deux rappeurs new-yorkais Yasiin Bey et Talib Kweli du groupe Black Star sont deux références du hip-hop underground de la fin des années 1990. Rap limpide et puissantes pulsations rythmiques, leur premier et unique album Mos Def & Talib Kweli are Black Star (1998), porté par Respiration ou Definition, avait été un véritable succès auprès du public. 

En 2018, ils ont annoncé qu’un nouvel album était en préparation. En attendant et pour célébrer les vingt ans de leur album mythique, le duo revient sur scène pour Chorus et sera accompagné de Hypnotic Brass Ensemble, une fanfare de Chicago qui mêle jazz et hip-hop.

Black Star, dimanche 7 avril, Grande Scène, dès 22h55. 

Glitter

Pour créer ses sons, la jeune artiste franco-marocaine Glitter mélange des musiques traditionnelles arabes, comme le Chaâbi algérien, à une techno occidentale, parfois disco comme dans Alif ou plus sombre comme dans We tape.

Elle s’est faite une place aux platines du club Garage et de la Bellevilloise à Paris mais aussi à la Friche la Belle de Mai à Marseille et sur des festivals reconnus comme les Trans Musicales de Rennes en décembre dernier.

Glitter, vendredi 5 avril, Scène du Parvis, dès 22h45. 

Sly johnson 

Ancien beatboxer jusqu’en 2007 pour le collectif de hip-hop Saïan Supa Crew, le chanteur et rappeur Sly Johnson a remporté avec eux une Victoire de la musique et deux disques d’or. Mais c’est avec ses deux albums 74 (2010) et The Mic Buddah (2015) et des collaborations comme avec le célèbre rappeur Oxmo Puccino qu’il s’est fait connaître auprès du grand public.

Sly Johnson sortira le 17 mai prochain son nouvel album très personnel et intime Silvère dont il avait déjà présenté plusieurs titres, comme Skin (Buffalo B), sur son EP Silvère Part.1 sorti le 28 septembre dernier.

Sly Johnson, samedi 6 avril, Auditorium, dès 19h20. 

Oktober Lieber

Issues de la scène post punk et électronique, Charlotte Boisselier et Marion Camy-Palou fabriquent, à l’image de leur premier album In Human (2018), une musique électronique froide et industrielle à renfort de synthétiseurs analogiques et électroniques vintage et des beat répétitifs et obsédants.

Par ailleurs, les deux musiciennes parisiennes sont finalistes du Prix Chorus 2019, un prix qui récompense des groupes émergents de toutes nationalités entre 13 et 35 ans. Si elles gagnent, une aide de 10.000 euros leur sera attribuée pour développer leur carrière.

Oktober Lieber, vendredi 5 avril, dès 20h20. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles