La comédie musicale «La boule rouge» propose des virées en side-car avant la représentation

Une soirée originale attend les spectateurs entre déambulation parisienne et comédie musicale. [LA BOULE ROUGE - Retro-tour ]

A l'affiche du théâtre des Variétés jusqu'au 7 juin, la comédie musicale «La boule rouge» innove. Avant d'assister à la représentation, elle permet au public de déambuler dans le Paris «des années folles» à bord d'un side-car.

Il fallait y penser. Alors que cette création imaginée par Constance Dollfus et Clément Henaut propose une plongée dans l'ambiance des années folles, elle a voulu offrir une expérience totale avec cette initiative originale. Pour ce faire, elle a imaginé un partenariat avec la start-up Retro Tour Paris, qui organise depuis 2015, des virées dans Paris à bord de side-cars russes au look résolument vintage, tout comme leurs pilotes. 

 

Virée vintage dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés

Avant la représentation, les spectateurs qui auront réservé un pass Joséphine Baker, au tarif accessible (100 euros pour deux incluant le tour, les billets et une coupe de champagne), partiront, à 18 h 30 pour une heure, en vadrouille dans les rues de la Capitale. Accessible pour deux personnes, puisque ces dernières peuvent prendre place dans le side-car et derrière le pilote, ce parcours les conduira dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés - haut lieu de rencontres et de fêtes des artistes dès le 19e siècle. 

L’occasion de passer devant les cafés littéraires qui ont participé au rayonnement du quartier tels que la Closerie des Lilas, d’emprunter la rue de Rennes qui débouche sur le non moins célèbre café Les deux magots - lieu de rendez-vous des artistes et intellectuels du tout Paris - mais aussi  l’église Saint-Germain, l’une des plus vieilles de la capitale. Ils rejoindront ensuite l’église Saint-Sulpice avant de descendre, toujours en side-car, sur les bords de Seine. Le nez au vent, ils gagneront enfin, l’Opéra Garnier puis les Grands boulevards afin de s'arrêter devant le théâtre des Variétés et d'assister à la représentation de «La boule rouge». 

Un show festif aux tubes revisités avec originalité

C’est cette fois une remontée dans le temps qui attend le public. Interprétée par une troupe de 21 chanteurs, comédiens et musiciens, «La boule rouge» réserve un aller direct dans les années 1920, alors que la guerre s’est achevée et que le vieux monde se trouve bousculé par l’émancipation des femmes et une génération de jeunes, assoiffée d’insouciance et d’envie de vivre.

Dans ce contexte, à grand renfort de musique live et de tubes entraînants revisités dans un esprit swing résolument audacieux – de « I’m so excited » des Pointer sisters à « Je suis malade » de Serge Lama, en passant par « Feeling good » tube d'Anthony Newley et Leslie Bricusse repris notamment par Nina Simone ou Muse, mais aussi « Etre une femme » de Michel Sardou - se dessine l’histoire attendue mais efficace de Charles. Fils de bonne famille, ce dernier passe, dans le plus grand secret, ses soirées dans la populaire Caverne du baron. Une habitude qui fait bondir son bourgeois de père lorsqu'il le découvre. A travers ce récit, entre romance, parcours initiatique, évolution sociale et émancipation, c’est toute l’atmosphère des années folles, marquée par l’arrivée du jazz, du swing, du Charleston qui prend vie sur scène dans une ambiance festive servie par une mise en scène énergique. 

«La boule rouge», jusqu'au 7 juin, Théâtre des Variétés, Paris 2e. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles