Nicolas Grand Duc, l’aristo fantasque de l’humour

[© Ania Winkler / Hans Lucas]

Au Sentier des Halles, le comédien Nicolas Grand Duc signe et interprète « Aussi grand que Duc », un premier one-man show fantasque, original, et à l’humour élégant.

Un look d’aristocrate, un ton enlevé et des bonnes manières, c’est en robe de chambre en soie, en redingote et en costume, que Nicolas Grand Duc évolue seul sur scène. Il faut dire que le comédien semble tout droit sorti d’un autre temps. « Moi, mes références, c’est plutôt Jacqueline Maillan », souligne ce dernier, qui sur les planches dévoile son univers fantasque. Un monde dans lequel il préfère boire le thé dans de la faïence de Ridgway plutôt que de la porcelaine de Limoges ou, pire encore, de la vaisselle scandinave au nom bien connu, qu’il laisse aux bobos. « On a la vaisselle qui nous ressemble », ironise cet as du raffinement.

Un univers unique aux personnages décalés

Avec autodérision et espièglerie, il signe et imagine dans ce premier solo une série de saynètes drôles et piquantes. Autant de tableaux qui le conduisent aussi bien à citer «L’Albatros» de Charles Baudelaire, qu’à se glisser dans la peau d’un comédien sur le point de camper Fabiano Fabini dans « Marie Tudor », de Victor Hugo. « J’ai pas du tout envie d’y aller » lâche-t-il, tout en donnant une version drôlement résumée de la pièce et d’étriller sa partenaire : « Tu parles d’une reine d’Angleterre. Ma partenaire, c’est comme le cachet, une misère ». 

De digressions en digressions, il fait se côtoyer avec une vraie fantaisie sa tante Chantal, marquise de son état, une caissière de Franprix peu commode dès lors qu’il s’agit d’acheter des piles à l’unité, Sainte Rita, patronne des causes désespérées, tout en dévoilant un personnage extravagant. Un original attachant qui, avec ses lubies – son désamour des horloges et des abréviations dont il a horreur, son goût pour les miroirs dorés et les cuivres qui brillent – cultive l’art du bon goût au quotidien, à coup de répliques efficaces qui chassent la grise mine. Un grand duc en somme. 

« Aussi grand que Duc », tous les jeudis jusqu’au 23 avril, Sentier des halles, Paris 2eme. 

À suivre aussi

Séries Brooklyn Nine-Nine, retour d’une série miraculée
humour Les 10 nouveaux one-man show à découvrir à la rentrée 2020
humour L’institut du monde arabe lance son nouveau Comedy club éphémère

Ailleurs sur le web

Derniers articles