Ils s'évadent de prison grâce à des dattes !

Dix-neuf jihadistes appartenant à la mouvance d'Al-Qaïda se sont évadés vendredi d'une prison de Kirkouk, dans le nord de l'Irak, après avoir endormi les gardiens avec des dattes fourrées aux somnifères.[AFP/Archives]

Dix-neuf jihadistes appartenant à la mouvance d'Al-Qaïda se sont évadés vendredi d'une prison de Kirkouk, dans le nord de l'Irak, après avoir endormi les gardiens avec des dattes fourrées aux somnifères.

"Dix-neuf détenus appartenant à Al-Qaïda et au (groupe jihadiste) Ansar al-Sunna ont réussi à s'échapper à 03H30 (00H30 GMT) de la prison de Tasfirat par des gaines d'aération après avoir endormi les gardiens et d'autres détenus avec des dattes fourrées aux somnifères", a expliqué un responsable des services de sécurité de la ville.

Deux condamnés à mort figurent parmi eux et les autres sont poursuivis pour assassinats, rapts et d'autres crimes, a-t-il précisé.

La ville a été bouclée pour la recherche des évadés.

La prison de Tasfirat se trouve dans le centre de Kirkouk, ville à 240 km au nord de Bagdad.

Abdallah al-Assi, membre du conseil provincial de la province de Kirkouk, a estimé que "l'incident est très clairement le résultat de négligences de la part des services de sécurité car leurs responsables ne sont pas vraiment compétents ni professionnels".

Plusieurs évasions ont déjà eu lieu en Irak. Le 7 janvier, onze prisonniers, dont plusieurs condamnés à mort, s'étaient évadés de la prison de Zirga à Dohouk, à 410 km au nord de Bagdad, après avoir creusé un tunnel de 80 mètres sous le bâtiment.

À suivre aussi

Des manifestants irakiens brûlent des pneus à Bagdad le 4 octobre 2019  [AHMAD AL-RUBAYE / AFP]
Proche-Orient Contestation en Irak : 73 morts, plus de 3.000 blessés depuis mardi
Plusieurs manifestants sont morts pendant les premiers jours de manifestation.
Proche-Orient La répression contre les manifestants continue de faire des morts en Irak
Jacques Chirac et Dominique de Villepin, le 20 mars 2003, au lendemain du début de la guerre en Irak.
Disparition Quand Jacques Chirac disait «non» à la guerre en Irak en 2003

Ailleurs sur le web

Derniers articles