Une bière ne peut pas s'appeler "Royal Shakespeare"

Une pinte de bière[AFP/Archives]

Une bière ne peut porter la marque "Royal Shakespeare", car l'entreprise qui la commercialise tirerait un profit indu de la renommée de la compagnie théâtrale britannique The Royal Shakespeare Company, a décidé vendredi le tribunal de l'Union européenne.

L'entreprise autrichienne Jackson International Trading avait demandé à l'Office des marques communautaires, l'Ohmi, l'enregistrement de la marque "Royal Shakespeare" pour des boissons alcooliques, notamment de la bière et du scotch, et non alcooliques (eau minérale, jus de fruit), ainsi que pour des services de restauration. L'Ohmi avait enregistré cette marque en 2003.

Mais en 2006, la compagnie de théâtre britannique, qui avait déposé sa propre marque communautaire RSC-Royal Shakespeare Company en 1999, a demandé l'annulation à l'Ohmi, qui lui a donné raison et a prononcé la nullité de la marque de boissons en 2009.

L'entreprise autrichienne a alors introduit un recours, qui a donc été rejeté vendredi par le tribunal de l'UE.

Le tribunal conclut en effet à la similitude des deux marques, et souligne que la renommée de celle de la compagnie théâtrale s'étend au grand public et n'est pas dirigée "seulement vers une partie restreinte des consommateurs ou vers une élite", contrairement à ce que faisait valoir Jackson International.

Par l'usage de la marque "Royal Shakespeare", l'entreprise autrichienne "bénéficierait du pouvoir d'attraction, de la réputation et du prestige de la marque antérieure pour ses propres produits", et "cela correspondrait à un profit indûment tiré", a tranché le tribunal.

Vous aimerez aussi

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen lors d'un meeting à Fréjus, dans le sud de la France, le 16 septembre 2018 [YANN COATSALIOU / AFP/Archives]
Politique Photos de Daesh postées sur Twitter : Marine Le Pen s'indigne d'un examen psychiatrique
Fraude Révision du procès Kerviel : la justice rejette la demande de l'ex-trader
Fait divers Affaire Le Tan : les lourds antécédents de Jean-Marc Reiser, principal suspect

Ailleurs sur le web

Derniers articles