Thaïlande : il accuse le Premier ministre d'être mal assis devant le roi, 6 mois avec sursis

L'ex-député Jatuporn Prompan arrive le 10 juillet 2012 à la Cour criminelle de Bangkok, en Thaïlande[AFP]

Un leader du mouvement thaïlandais des "chemises rouges" a été condamné mardi à six mois de prison avec sursis pour diffamation, pour avoir accusé le précédent Premier ministre de ne pas s'être assis avec respect devant le révéré monarque.

En 2009, Jatuporn Prompan, alors député de l'opposition, avait accusé Abhisit Vejjajiva de s'être assis sur une chaise lors d'une audience avec le roi Bhumibol Adulyadej, alors que la règle veut qu'un sujet reste toujours à un niveau inférieur à celui du monarque.

Abhisit a fait valoir que le palais avait fourni la chaise incriminée et qu'il n'avait donc pas fait preuve d'un manque de respect. "La cour estime que l'accusé n'a pas honnêtement critiqué le plaignant (...). Ses critiques avaient une motivation politique", a indiqué le juge.

La famille royale, qui n'a aucun rôle politique officiel, est protégée par l'une des lois de lèse-majesté les plus sévères du monde, qui punit de 15 ans de prison toute insulte envers la monarchie.

Jatuporn, démis par la justice de son mandat de député du parti au pouvoir Puea Thai en mai, fait face à d'autres poursuites, notamment pour "terrorisme", à cause de son implication dans la crise du printemps 2010, qui avait fait plus de 90 morts.

Jusqu'à 100.000 "chemises rouges", pour la plupart fidèles à l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, frère de l'actuelle Première ministre, avaient à l'époque occupé le centre de Bangkok pendant deux mois avant d'être délogés par un assaut de l'armée.

Vous aimerez aussi

Julia Boyer s'apprête à confronter son agresseur au tribunal correctionnel de Paris
Faits divers L'agresseur de Julia, jeune femme transgenre, condamné à dix mois de prison dont six mois ferme
Le maire LR de Levallois-Perret Patrick Balkany (g) et son avocat Eric Dupond-Moretti quittent le tribunal, le 13 mai 2019 à Paris [STRINGER / AFP]
Justice «Blanchiment», «corruption» : acte II du procès Balkany
Les Balkany sont poursuivis pour avoir omis de payer l'impôt sur la fortune et sous-évalué leurs revenus entre 2009 et 2014.
Justice Procès Balkany : prison ferme et 10 ans d'inéligibilité requis contre le couple

Ailleurs sur le web

Derniers articles