"L’air de Montcuq" disponible en boîtes de conserve

"L'air de Montcuq", mis en boîte sur l'idée d'Antoine Deblay (capture écran) "L'air de Montcuq", mis en boîte sur l'idée d'Antoine Deblay (capture écran)

Un jeune homme originaire de Montcuq a décidé de commercialiser l’air de sa commune en boîtes de conserve. Une idée originale mais aussi une véritable entreprise commerciale pour ce village du Lot habitué des blagues et autres sarcasmes. 

 

Antoine Deblay ne manque vraiment pas d’air. Cet ancien étudiant en communication a eu en effet l’idée de se lancer dans un drôle de projet commercial.

Originaire de Montcuq, un petit village du Lot connu dans la culture populaire pour son nom cocasse, il propose à la vente des conserves en métal contenant, dit-il, de "l’air de Montcuq".

Pour monter son projet, Antoine a fait appel aux internautes via le site de financement participatif KissKissBankBank. En 30 jours, le jeune homme a collecté un peu plus de 800 euros ce qui lui a permis de financer le site internet de son projet, l’achat des pots en métal où l’air est emprisonné et l’impression des étiquettes.

 

"Veiller à ne pas vider Montcuq de son air"

Antoine Deblay vend ses boites "d’air de Montcuq" 5 euros pièce (hors frais de port). Celles-ci  "contiennent" 250 ml de l'air frais de Montcuq (...) 100 % bio. (...) conditionné méticuleusement à la main à Montcuq".

Le jeune entrepreneur, spirituel, précise que "pour ne pas vider Montcuq de son air, seuls 10 litres sont prélevés chaque semaine".

Les Montcuquois sont habitués des blagues sur le nom de leur commune. En 1976, un sketch de l’émission de télévision satirique Le Petit Rapporteur avait largement contribué à la notoriété du lieu.

 

 

Le camion des pompiers trop gros pour Montcuq

Parla-Montcuq, l'odyssée insolite d'un cylciste

Alain Delon, nom le plus détourné en France sur Internet

 

À suivre aussi

business Rihanna devient la chanteuse la plus riche au monde
business Beyoncé aurait signé un contrat de 60 millions de dollars avec Netflix
Royaume-Uni Brexit : une entreprise britannique sur trois envisage de se relocaliser

Ailleurs sur le web

Derniers articles