L'avion étant trop lourd, le pilote part sans valises

Photo d'illustration. [STEPHEN BRASHEAR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFPSTEPHEN BRASHEAR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Drôle d'atterrissage pour les passagers du vol Bastia-Bruxelles de Brussels Airlines le 16 août dernier. Une fois l'embarquement fait, le pilote a annoncé que la moitié des valises étaient restées en Corse.

 

Valises ou kérosène il faut choisir. Samedi 16 août, le pilote du vol Bastia-Bruxelles de la compagnie Brussels Airlines a choisi le carburant au détriment des valises de ses passagers.

Son appareil avait été "sur-ravitaillé" en carburant de 1.000 litres de trop. Devenu trop lourd, il a fait le choix de laisser la moitié des valises sur le tarmac. Une décision qui a suscité un tollé auprès des passagers d'autant plus qu'ils n'avaient pas été mis au courant.

Brussels Airlines a défendu la décision de son pilote soutenant que la longueur de la piste, la température, et le vent qui soufflait à ce moment-là la justifiait. La compagnie a renvoyé la responsabilité de cet incident à la société qui s'occupe de faire le plein des avionsLes bagages restés au soleil de Corse, eux, devaient être acheminés par un autre vol.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles