Bloodborne, un aller simple pour l'enfer

Attendez-vous à devoir mourir pour mieux recommencer. Attendez-vous à devoir mourir pour mieux recommencer.[© Sony / From Software]

Trop faciles, les jeux vidéo actuels ? Après avoir essayé le dernier-né des studios japonais From Software, il va sûrement falloir réviser son  jugement.

 

Bloodborne, qui vient de sortir en exclusivité sur la PS4 de Sony, n’est clairement pas destiné aux joueurs du dimanche, ni aux plus jeunes.

Quant aux autres, les adultes consentants, s’ils sont décidés à ne pas jeter le gamepad dès les premières difficultés, qu’ils se préparent à une aventure longue, étrange et douloureuse.

Des créatures de cauchemar

Tout commence dans la ville de Yarnham, une ville-cimetière qui semble tout droit sortie des esprits de Lovecraft et d’Edgar Allan Poe. Plongé dans un XIXe siècle horrifique, le joueur doit alors tenter de se frayer un chemin parmi des créatures de cauchemar. Après une scène d’introduction sans le moindre tutorial, il va lui falloir affronter à mains nues un loup-garou colossal. Et mourir, évidemment.

Il est ensuite expédié dans une zone appelée "le rêve du chasseur", un endroit où il reviendra très souvent, et pourra récupérer une lame et une arme à feu. La boucherie peut commencer. Mais le gigot n’est pas celui que l’on croit.
 

 

Faire, refaire et encore refaire

Pour vaincre les boss les plus coriaces, il faudra s’y reprendre plusieurs… dizaines de fois. En effet, en fonçant tête baissée, c’est la mort rapide assurée. Il faudra donc observer pour trouver les failles et les exploiter avec un timing précis.

Un apprentissage à la dure que les joueurs les plus âgés connaissent, mais de plus en plus absent des jeux récents pour éviter la frustration. Dur à accepter, mais le plaisir de vaincre n’en serait-il pas décuplé ?

Bloodborne, From Software, sur Sony PS4, disponible
 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles