«NieR Automata est aussi un vrai jeu de rôle», selon ses créateurs

Attendu pour le 10 mars, «NieR Automata» s'annonce comme l'un des titres majeurs de ce début d'année sur PS4 et PC. Direct Matin a pu rencontrer ses créateurs japonais, venus récemment à Paris.

Yosuke Saito, le producteur du jeu chez Square Enix, Yoko Taro, le directeur du titre, ainsi que Takahisa Taura, game designer du studio Plantinum Games, reviennent sur les influences qui ont marqué la conception de cet action-RPG, qui ne renie pas l'héritage des jeux des années 1990.

«Nier: Automata» mélange différents styles : jeux de rôle, action, shoot them up (avec notamment un bel hommage à «Ikaruga», un des meilleurs «shoot» des années 2000). Quelles ont été vos influences ?

Yoko Taro : Merci de relever cette référence à «Ikaruga», car je suis un grand fan de ce jeu. J'y ai joué énormément dans les salles d'arcade. Pour répondre à votre question, je crois qu'aujourd'hui il y a beaucoup de jeux d'action, avec un gameplay digne de ce nom. Mais on parle ici seulement d'action. J'ai voulu faire un jeu à la japonaise, tout en implémentant de nombreuses fonctionnalités et des menus complets. Il s'agit d'une expérience qui doit offrir un maximum de diversité au joueur.

Takahisa Taura : L'action est un peu la marque de fabrique de Platinum Games et nous avons plein de jeux pour ça [rires]. Il nous a paru important de se démarquer cette fois-ci.

Yosuke Saito : C'est vraiment le genre de jeu que j'aime faire. Ce qui m'a le plus intéressé, c'est de voir les joueurs jouer à la démo. Ils étaient très surpris face à ce gameplay qui change constamment et les caméras qui varient entre la vue 3D, la vue de côté et la vue de dessus.

A lire aussi : Les 12 jeux vidéo les plus attendus de 2017

Êtes vous nostalgiques des jeux vidéo des années 1990 ?

Yoko Taro : Je suis un grand fan de ces années pour les jeux japonais, dont beaucoup de jeunes joueurs ignorent probablement l'existence. Il y avait notamment beaucoup de shoot'em up. Les jeux SNK sur Neo Geo, comme les shoot en vue de dessus où l'on tirait à 360 degrés et les run & gun, étaient très bons et j'ai passé des heures dessus dans les salles d'arcade.

Takahisa Taura : Pour ma part, je suis un grand fan des jeux de la série Castlevania et plus généralement des jeux en scrolling en 2D. J'ai beaucoup pensé à ces oeuvres durant le développement de «NieR: Automata».

Yosuke Saito : Moi aussi j'adore les jeux de shoot en vue de dessus. Je crois que j'ai toujours voulu en faire un quand je pouvais, en y ajoutant des éléments de RPG.

nier-automata-2.jpg

© Square Enix

Ces influences, nous les retrouvons notamment dans les phases de gameplay utilisant les vues de côtés et de dessus, inspirées des jeux 2D. Apportent-elles plus de punch au gameplay ?

Yoko Taro : En réalité, le gameplay reste le même dans tous les cas. Mais je pense qu'il est important d'apporter des transitions et des plans différents. C'est cela qui dynamise le tout.

Vous défendez également le fait que c'est un vrai jeu de rôle...

Yosuke Saito : Je ne veux pas départager ceux qui pensent que c'est un RPG [role playing game] ou ceux qui préfèrent le qualifier d'action-RPG. Toutefois, je rappelle que c'est un jeu de rôle, car le gameplay ne repose pas seulement sur les capacités du joueur. En réalité, il y a un volet très important concernant le développement des personnages; leur équipement, leurs armes et toute la manière dont vous allez les customiser. Il y a également une histoire très profonde, lorsque vous la comparez à ce que beaucoup de jeux d'action proposent. Quand nous avons lancé la démo en décembre, celle-ci contenait beaucoup de phases d'action, mais quand vous allez découvrir le jeu final, vous y trouverez un aspect jeu de rôle très développé.

nier-automata-4.jpg

© Square Enix

Au Japon, les robots prennent déjà leur place dans la société. «NieR: Automata» met en scène des androïdes sur une terre où les hommes déclinent. Pensez-vous que les robots sont l'avenir de l'humanité ?

Yoko Taro : Je pense qu'avec une intelligence artificielle très avancée, il ne sera plus nécessaire d'avoir d'humains dans quelques années... (rires).

Des animés ou des mangas vous ont-ils inspirés ?

Yoko Taro : De ce point de vue, je ne retiens pas d'œuvres en particulier. J'ai tenu à mettre en scène les idées auxquelles je pensais depuis longtemps. Et surtout, à imaginer ce qui pourrait fonctionner au mieux sur le moment. Par contre, je suis un grand fan des romans de science-fiction japonais. C'est eux qui m'ont inspiré.

Quel est LE jeu qui vous a convaincu de travailler dans le secteur du jeu vidéo ?

Yosuke Saito : «Wyzardry» pour moi [NDR : Jeu d'aventure sorti en 1981 sur Apple II].

Yoko Taro : «Gradius» (1985); là encore j'y ai beaucoup joué dans sa version arcade.

Takahisa Taura : «Valkyrie Profile» sur PlayStation ! (1999)

A lire aussi : On a joué à la Nintendo Switch

Nintendo s'apprête à lancer sa Switch le 3 mars. Que pensez-vous de cette nouvelle console ?

Takahisa Taura : J'en veux déjà une ! Et je veux jouer au Zelda.

Yoko Taro : Honnêtement, j'attends le jeu qui permettra d'y jouer avec un scrolling vertical. Je crois que c'est une possibilité intéressante. Dites le à Nintendo si vous les voyez !

Yosuke Saito : J'attends que Nintendo viennent me voir avec une offre pour convertir NieR sur la Switch !

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles