Adrien Bosc remporte le Grand prix du roman de l'Académie française

L'auteur Adrien Bosc. L'auteur Adrien Bosc. [ERIC FEFERBERG / AFP]

Adrien Bosc, jeune auteur de 28 ans, a été récompensé jeudi 30 octobre par le Grand prix du roman de l'Académie française, pour son premier roman "Constellation".

 

L'auteur de "Constellation" (Stock) a été choisi par les Immortels au troisième tour, par dix voix contre sept voix à un autre premier roman, "Karpathia" de Mathias Menegoz (P.O.L) et une voix à "Voyageur malgré lui" de Minh Tran Huy (Flammarion).

"C'est le plus beau jour de ma vie", a dit Adrien Bosc à l'AFP, visiblement ému. "Je suis honoré , plus que ravi, c'est magnifique et inattendu", a-t-il ajouté "Constellation est un livre très important pour moi, je l'ai écrit sous l'aile de Blaise Cendrars", a souligné le lauréat, rendant hommage à l'écrivain français d'origine suisse (1887-1961) qui a été pour lui une source d'inspiration.

 

Enquête sur un crash légendaire

Très remarqué, ce roman fascinant explore l'enchaînement des infimes causalités qui ont précipité un avion d'Air France, un Constellation, sur le mont Redondo, aux Açores, dans la nuit du 27 au 28 octobre 1949.  Parmi les 48 victimes, le boxeur Marcel Cerdan, amant d'Edith Piaf, et la violoniste prodige Ginette Neveu. Un crash de légende.

A l'époque, la presse ne parle que des deux stars. Mais aux côtés de Marcel Cerdan, pressé par Piaf de la rejoindre à New York par les airs, de Ginette Neveu et de son frère pianiste ou du génial créateur des produits dérivés Disney, il y a aussi cinq bergers basques engagés dans des ranchs du Far West, ou encore une modeste bobineuse de Mulhouse devenue héritière d'une usine de bas nylon à Detroit.

En détective, mêlant faits et poésie, distance et empathie, Adrien Bosc exhume ces destins oubliés en relevant, pour chacun, la somme de hasards qui les a fait embarquer sur ce vol.

 

À suivre aussi

Avec 524 livres à paraître d'ici octobre, la rentrée littéraire est l'une des plus réduites depuis 20 ans
littérature 7 livres de la rentrée littéraire à ne pas rater
L'écrivain canadienne Margaret Atwood, en octobre 2017 à la Foire du Livre de Francfort [Daniel ROLAND / AFP/Archives]
littérature «Les Testaments» : Margaret Atwood présente la suite de «La Servante Ecarlate»
littérature Prix Goncourt : Bernard Pivot explique pourquoi le livre de Yann Moix n'est pas sélectionné

Ailleurs sur le web

Derniers articles