Paris : le top 5 des guinguettes

La guinguette "Chez Gégène" à Joinville-le-Pont (94). [©B.NICOLAU-BERGERET]

Elles ont été immortalisées par les impressionnistes, les photographes, puis les cinéastes. Depuis le XVIIIe siècle, les guinguettes font danser les bords de la Seine et de la Marne.

La clientèle s’y pressait le dimanche pour rompre avec son quotidien. Les plaisirs y étaient simples : boire, manger et surtout danser. ­Au son de l’accordéon ou d’un orchestre, les guinguettes se muaient rapidement en bal musette jusque tard dans la nuit. Après avoir connu un certain déclin, la mode semble tourner à nouveau en faveur de ces lieux. En témoigne la guinguette qui s’est installée au pied de la tour Eiffel, alors que, jusqu’à maintenant, le phénomène ne concernait pas la capitale.

La plus authentique : Chez Gégène

cb_nicolau-bergeret.jpg

© B.NICOLAU-BERGERET

En matière de guinguette, Chez Gégène demeure une institution. Nichée sur le bord de la Marne, à Joinville-le-Pont, on y danse depuis près d’un siècle. Bourvil a largement contribué à rendre célèbre cette guinguette avec sa chanson "A Joinville-le-Pont" où un plombier raconte attendre avec impatience les dimanches pour "emmener sa grosse Germaine chez Gégène".

Un demi-siècle plus tard, le décor désuet reste le même : géraniums rouges et nappes à carreaux sur la terrasse, fresque naïve et colorée sur les murs. L’immense façade kitch où apparaît Gégène, Eugène Favreux de son vrai nom, est inratable. De même que les moules-frites. Ce n’est pas de la grande restauration mais les assiettes donnent des forces avant d’aller valser sur la piste au rythme de l’accordéon. Une fois par mois, le musette cède à la fièvre du samedi soir dans le cadre des soirées "Les années 1960-1970-1980". Cette adresse pittoresque est une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie.

Chez Gégène, 162 bis, quai de Polangis, Joinville-le-Pont (94).

La plus populaire : La guinguette de l'île du Martin-Pêcheur

cla_guinguette_du_martin_pecheur.jpg

© La guinguette du Martin-Pêcheur

Depuis les bords de la Marne, une passerelle piétonne mène sur l’île, isolée dans un écrin de verdure. La guinguette, la vraie, comme on l’imagine – elle n’existe en fait que depuis 1993 – laisse échapper des notes d’accordéon. Le ton est donné.

Un musicien déambule entre les tables recouvertes de nappes à carreaux rouge et blanc. Il n’y a plus qu’à prendre place, à l’ombre d’un kiosque ou au soleil, et savourer des moules-frites (selon la saison) avec un petit vin blanc. La guinguette propose aussi des plats classiques variés (avec ou sans formule).

Puis vient le temps de "guincher". La musique résonne cette fois à l’intérieur grâce à l’orchestre où des couples de danseurs se sont déjà formés. Sur la piste, des personnes de tous âges s’expriment dans un climat  populaire et convivial. Une parenthèse enchantée, que l’on aime danser ou pas, à douze kilomètres de Paris.

La Guinguette de l’île du Martin -Pêcheur, 41, quai Victor-Hugo, Champigny-sur-Marne (94).

La plus hype : Le Chalet des îles

cle_chalet_des_iles.jpg

© Le Chalet des îles

C’est un bout de campagne à Paris. Situé sur un petit îlot dans le bois de Boulogne, Le Chalet des îles offre un cadre bucolique pour déjeuner, dîner ou prendre un brunch le dimanche, toujours au soleil. Accessible en bac uniquement, cet authentique chalet suisse (Napoléon III l’a fait directement venir de la Confédération helvétique au XIXe siècle) propose une carte saisonnière riche en viandes et en poissons accompagnés de mets raffinés (poireaux caramélisés, tartare d’algues, émulsion de parmesan…). La carte des vins est aussi très fournie.

Et ce havre tranquille se transforme aussi en haut lieu de la nuit parisienne. Un ou deux vendredis par mois, entre juin et octobre, les soirées "Petit chalet entre amis" attirent les 25-40 ans qui "sortent de moins en moins, mais de mieux en mieux", revendique l’établissement. Dans ces soirées glam et décontractées, il est donc tout aussi possible de se prélasser en terrasse, un cocktail à la main, que de tout donner sur le dancefloor en plein air. De talentueux DJ se chargent d’ailleurs de mettre l’ambiance de 23h30 à 5h du matin.

Le Chalet des îles, chemin de ceinture du lac inférieur du bois de Boulogne (16e).

La plus bucolique : La Guinguette de Neuilly

cagence_prads_com.jpg

© Agence Prad's Com

Située sur l’Ile de la Jatte, sur la Seine, La Guinguette de Neuilly est un ancien repaire de canotiers. Aujourd’hui, elle n’est plus une guinguette à proprement parler, mais on y retrouve l’esprit bucolique des origines.

Le chef Cédric Calvar y propose une cuisine de bistro à base de produits frais : œufs en meurette, cochonaille, entrecôte charolaise… La carte varie en fonction des saisons, mais certains classiques sont bien installés. A midi, une formule à 22 euros (plat du jour, café gourmand) offre un bon rapport qualité-prix. L’occasion, pour ceux qui travaillent à la Défense, de s’offrir une pause déjeuner atypique. Le soir, l’addition se corse (compter 40 à 60 euros par personne), mais le cadre justifie l’investissement.

A l’intérieur, nappes à carreaux, poutres apparentes, petite dentelle aux fenêtres et grand poêle d’époque. A l’extérieur, deux terrasses verdoyantes (chauffées l’hiver) dont une donnant sur la Seine. Mieux vaut réserver.

La Guinguette de Neuilly, 12, boulevard Georges-Seurat, Neuilly-sur-Seine (92).

La plus "afterwork" : La Guinguette de la Tour Eiffel

dr.jpg

© DR

Un espace de 650 m2 éclairé au bord de la Seine, la tour Eiffel qui scintille au-dessus de la piste de danse… Ici, les DJ remplacent l’accordéon et la déco est plus balnéaire que champêtre, mais l’esprit populaire de la guinguette est bien là. Tous les vendredis de l’été à partir de 19h, on vient déguster tapas et rosé en contemplant le coucher de soleil sur la Seine, au pied de la dame de fer, avant de se lancer sur la piste de danse jusqu’à deux heures du matin. La programmation est festive et grand public, le service avenant et les consommations abordables.

Cette année, la carte des cocktails est renouvelée : on pourra tester le Summer Fizz (cognac, Schweppes, citron) ou le Gentleman Club (cognac, gingembre, eau gazeuse). On peut aussi s’offrir un dîner convivial et décontracté (salades, grillades…) sur réservation. Et comme l’été parisien n’est pas toujours aussi ensoleillé qu’on le voudrait, un espace couvert est prévu en cas de pluie.

La Guinguette de la tour Eiffel, quai de Suffren (7e). Accès piétons face à la tour Eiffel, côté manège.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles