Les meilleures animations de Noël à Paris

C’est une tradition avant les fêtes. Une armée d’enfants se presse contre les vitrines des grands magasins parisiens.[Printemps Haussman]

Comme chaque année en décembre, les rues de la capitale se parent de décorations lumineuses. Au froid de l’hiver s’oppose la chaleur de la fête de Noël dont la magie fascine toujours autant petits et grands.

 

Devant les vitrines des grands magasins, les enfants d’hier emmènent ceux d’aujourd’hui pour découvrir des marionnettes qui s’animent dans un décor de rêve.

La période des fêtes voit aussi une multitude d’activités se mettre en place : faire du patin à glace sous la verrière du Grand Palais, monter sur l’un des carrousels mis en place par la mairie de Paris. Ou bien encore prendre place dans la grande roue pour observer la Ville lumière, qui n’est jamais aussi belle qu’à cette période des jouets animés

 

Les vitrines des grands magasins

vitrine-printemps.jpg

C’est une tradition avant les fêtes. Une armée d’enfants se presse contre les vitrines des grands magasins parisiens. Des enfants captivés par les mises en scène des marques de jouet. Les Galeries Lafayette, championnes des automates, ont mis en mouvement une ribambelle de doux monstres aux couleurs flashy, dans une drôle d’ambiance cabaret.

Le BHV Marais mêle rétro et nouvelles technologies, avec des décors pixellisés pour animer les vitrines, façon vieux jeu vidéo.

Le Printemps a mixé les deux, avec une animation 3D signée Burberry (photo) sur la façade de l’immeuble, où s’envole un petit garçon accroché à son ours en peluche et son parapluie.

Visibles depuis la rue, onze vitrines remplies de poupées de chiffons animées racontent le voyage aérien du bambin entre Paris et Londres. Ambiance féerique, entre neige et paillettes, avec une pointe d’innovation puisque les passants peuvent déclencher un orage ou se glisser dans la valise du garçon en se connectant à leur smartphone.

Grands magasins, bd Haussmann (9e) et BHV Marais, 52, rue de Rivoli (4e).

 

Une avenue brillante : les champs-élysées

illuminations.jpg

Elle a une réputation à tenir. Pas loin d’un million d’ampoules et des étoiles filantes dressées entre les branches pour faire lever la tête aux passants, cette année la dynamique est verticale. L’avenue des Champs-Elysées s’éclaire ainsi depuis fin novembre, et chaque soir entre 18h et 2h du matin, jusqu’au 7 janvier.

Les centaines d’arbres qui la bordent prennent le soir la silhouette de grandes coupes de champagne, dont la cime semble pétiller de fines bulles bleutées.

En bas des Champs et jusqu’à la Concorde, s’étend le marché de Noël, avec de petits restaurants et des stands d’artisans venus de toute la France, qui se mêlent aux vendeurs de crêpes et de gaufres.

L’habillage de la plus belle avenue du monde, espère le Comité des Champs, devrait brûler trois fois moins d’énergie qu’en 2013, grâce à des LED basse consommation. 10 000 KWh, soit à peu près la consommation annuelle d’une famille de trois personnes.

Illuminations, avenue des Champs-Elysées (8e).

 

Une patinoire sous verre la patinoire du grand palais

patinoire-ok.jpg

C’est la plus grande patinoire intérieure du monde. Pour la deuxième fois de son histoire, le Grand Palais va accueillir une surface de glace (près de 2 700 m2). Ce dispositif, qui a nécessité une semaine de mise en place, sera ouvert pendant la durée des vacances, jusqu’au 4 janvier.

Ne reste plus qu’à enfiler ses patins et glisser sous la majestueuse verrière. Près de 3 000 paires ont été mises de côté. Pour plus de sécurité, un espace enfant a été aménagé.

La journée sera ponctuée d’animations musicales et de jeux de lumière. Par exemple, toutes les heures, une fontaine de 13 mètres de haut et de 10 mètres de base fera l’objet d’un spectacle lumineux. Il annoncera une distribution gratuite de Ferrero Rocher, partenaire de l’événement.

En fin de soirée, l’ambiance deviendra plus disco. Des DJ assureront le son jusqu’à 2h du matin. La patinoire deviendra alors le plus grand dancefloor parisien.

Patinoire du Grand Palais, avenue Winston-Churchill (8e).

 

Un manège enchanté : les carrousels 

carrousel.jpg

Les Français étaient passionnés de tournois, jusqu’à ce qu’ils coûtent la vie au roi Henri II, mortellement blessé à l’œil par un éclat de lance (1559). Trop risqué, le tournoi s’est mué en carrousel, élégant défilé monté que rappellent les traditionnels manèges de chevaux de bois.

Chaque année, la ville de Paris en installe une vingtaine. Et du 21 décembre au 4 janvier, ces manèges sont accessibles gratuitement, entre 11h et 21h, soit un peu plus tard que les années précédentes.

Chaque arrondissement (excepté le 1er et 2e) a son manège, son décor, son parquet ciré et ses créatures tournantes. Le plus grand d’entre eux, celui de la place de l’Hôtel-de-Ville : deux étages sculptés de bois et une enseigne, «La Belle époque». D’autres manèges se disent impressionnistes, romantiques, modernes…

Liste des manèges gratuits

 

Un tour complet : la grande roue

grande-roue.jpg

Elle tourne et étire ses bras lumineux jusqu’à 60 mètres au-dessus du sol, et ce jusqu’au 15 février. La grande roue de la Concorde, qui fait son apparition annuelle pour Noël, est l’occasion de marquer une pause dans l’agitation des fêtes. De prendre de la hauteur et le temps de respirer en admirant les rues parées de leurs plus belles perles lumineuses.

Après avoir pris place dans l’une des 42 nacelles, on découvre peu à peu la Ville lumière qui s’offre sous son plus beau jour. On y distinguera le marché de Noël et surtout les Champs-Elysées avec leurs illuminations fascinantes. Mais ce sont aussi les principaux monuments de Paris qui s’invitent : la Madeleine, l’Assemblée nationale, etc. Et si on tourne la tête, on peut même apercevoir le reflet de la grande roue dans le bassin du jardin des Tuileries.

Inutile de monter avec des couvertures : il y a le chauffage à l’intérieur. La balade aérienne coûte 10 euros, 5 euros pour les enfants de moins de 10 ans. Une nacelle est spécialement aménagée pour accueillir les personnes handicapées. L’an dernier, pas moins de 300 000 personnes ont fait un petit tour dans la grande roue.

La grande roue, place de la Concorde (1er).

 

À suivre aussi

Les secrets de Paris «Fluctuat nec mergitur» : que signifie la devise de Paris ?
Paris Paris : le top 5 des maisons de village
DirectWE Les 4 meilleures confiseries de Paris

Ailleurs sur le web

Derniers articles