Les Lego seraient de plus en plus violents

Le professeur Christoph Bartneck, de l’Université de Canterbury, à l’origine de l’étude sur l’accroissement de la violence dans les produits Lego. [AFP PHOTO / UNIVERSITY OF CANTERBURY]

Une étude néo-zélandaise montre que les produits Lego sont de plus en plus violents afin de retenir l’attention des enfants. 

L’étude, publiée par une équipe de chercheurs de l’Université de Canterbury (Nouvelle-Zelande), dans le journal en ligne «PLOS ONE», rend un verdict sans équivoque : les jouets Lego présentent de plus en plus d’armes et de violences. Pour Christoph Bartneck, à la tête de l’équipe de chercheurs, «les produits Lego ne sont plus aussi innocents qu’avant. La violence dans les produits Lego semble être allée au-delà du simple enrichissement du jeu». De fait, selon l’étude, les armes sont aujourd’hui présentes dans 30% des kits de la marque. 

A lire aussi : Lego Star Wars 7 : des surprises pour les fans

Une tendance lourde

Mais les kits de jeux ne sont pas les seuls à avoir été passés au crible par les chercheurs. Les catalogues publiés par le fabricant, qui contiennent des scénarios de jeux, ont eux aussi été examinés : «actuellement, environ 40% des pages contiennent un type ou un autre de violence. Les scénarios où figurent des tirs et des comportements menaçants ont particulièrement augmenté au fil des ans», selon l’étude. 

Cette évolution s’inscrit dans une tendance lourde selon les chercheurs : «pour attirer l’attention de leurs clients, les fabricants de jouets sont enfermés dans une course aux armements métaphorique pour de nouveaux produits enthousiasmants». 

Onzième année consécutive de croissance

De son côté, la société danoise Lego se justifie en invoquant notamment le contexte : «le conflit fait partie intégrante du développement naturel d’un enfant» explique ainsi au Guardian Troy Taylor, porte-parole de l’entreprise. «Nous essayons toujours d’utiliser l’humour quand c’est possible, car cela permet de réduire les niveaux de conflits», ajoute-t-il. Une recette qui fait polémique, mais qui semble fonctionner puisqu’après avoir frôlé la faillite au début des années 2000, la société s’est relancée au point qu’en 2015, le groupe danois annonçait sa onzième année consécutive de croissance

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles