Apéritif mal servi : la fille du patron de Korean Air démissionne

La fille du patron de Korean Air avait exigé que l'avion fasse demi-tour pour... des noix de macadamia mal servies. [AFP/Archives]

La fille du patron de Korean Air a démissionné de ses fonctions au sein de la compagnie aérienne après avoir provoqué un esclandre en éjectant d'un avion un chef de cabine auquel elle reprochait de lui avoir mal servi l'apéritif, a annoncé la compagnie.

 

Cho Hyun-Ah, 40 ans, cadre dirigeante au sein de la compagnie sud-coréenne dirigée par sa famille, avait exigé le remplacement du chef de cabine alors que le vol New York-Séoul roulait déjà sur la piste. Elle s'était offusquée de s'être vue servir des noix de macadamia qu'elle n'avait pas demandées, et de surcroît présentées non dans un bol mais dans leur sachet.
"Je suis désolée au nom de nos clients et des Sud-Coréens d'avoir causé une telle situation (...) et je demande pardon à ceux que j'ai pu blesser", a-t-elle dit dans un communiqué publié par Korean Air. "Je vais démissionner de toutes mes fonctions au sein de Korean Air afin de prendre mes responsabilités dans cet incident".

Le président de la compagnie, Cho Yang-Ho, a accepté sa démission immédiatement, dit le communiqué. Mme Cho conservera toutefois un titre honorifique de vice-présidente au sein de la compagnie aérienne, a déclaré un porte-parole de Korean Air, sans expliquer quel pourrait être son futur rôle au sein de l'entreprise.

 

Korean Air avait présenté auparavant ses excuses. S'il était "raisonnable" que Mme Cho ait pu émettre une objection, contraindre l'avion à faire demi-tour l'était moins alors que la situation ne présentait pas de caractère d'urgence, avait dit la compagnie. 
L'avion était revenu au terminal pour débarquer le chef de cabine, que Mme Cho estimait être un "incapable", avant de repartir pour arriver finalement à destination avec 11 minutes de retard.

 

"Sentiment de supériorité"

Le ministre sud-coréen du Transport Suh Seoung-Hwan a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête tandis que la presse sud-coréenne se montrait très dure avec Mme Cho.
"Ce comportement ignoble de la fille du patron de Korean Air fait honte à la nation toute entière", écrivait le premier quotidien économique de Seoul, le Maeil Business Newspaper. 
Pour le Dong-A Ilbo, son comportement ne faisait qu'illustrer "ce sentiment de supériorité" prévalent chez les plus riches, cette "idée que tout leur est dû". Apparemment, certains considèrent leur entreprise comme leur royaume".

Une organisation de lutte pour les droits civiques, Solidarité du peuple pour la démocratie participative, a annoncé qu'elle allait réclamer l'ouverture d'une enquête sur des manquements éventuels aux règlements de l'aviation civile.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles