Le pape prêt à donner un coup de poing si on insulte sa mère

Le pape François dans l'avion qui le conduit aux Philippines le 15 janvier 2015. [GIUSEPPE CACACE / AFP]

Quiconque s'aviserait de parler de manière grossière de la mère du Pape François, s'exposerait à un retour percutant. C'est ce qu'a expliqué très concrètement le Saint-Père dans l'avion entre le Sri Lanka et les Philippines.

 

Décidément, la pédagogie du pape François n'a pas fini de surprendre et de trancher avec celle de ses prédecesseurs. En bon latino-américain qu'il est demeuré, il a prévenu que quiconque insulterait sa mère s'exposerait à un coup de poing de sa part en retour.

Le Pape François entendait illustrer ainsi une réflexion plus profonde sur la liberté d'expression, en réponse à une question posée par l'un des journalistes accrédités au sujet des attentats terroristes qui ont frappé la région parisienne.

 

"Tuer au nom de Dieu, c'est une aberration"

Le pape François, au cours de cet échange, a estimé que la liberté religieuse comme la liberté d'expression étaient deux valeurs inaliénables. Mais il a toutefois estimé que si la liberté d'expression était sans limite, il appartenait à chacun de ne pas l'utiliser pour en faire un droit à l'offense et à l'insulte.

"Si M. Gasbarri, qui est un grand ami, dit un gros mot sur ma mère, il doit s'attendre à recevoir un coup de poing" a argumenté le Saint-Père en désignant son voisin. "On ne peut pas provoquer, on ne peut pas insulter la foi des autres" a t-il ajouté. Aucune ambiguïté cependant : "On ne peut pas tuer au nom de Dieu, c'est une aberration" a répété le Pape François. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles