Les Inrocks et Kerviel en bisbille

Jérôme Kerviel est engagé dans une bataille de procédure avec l'hebdomadaire Les Inrockuptibles, qui avait été condamné pour insulte et diffamation de l'ex-trader de la Société Générale, apprend-on de sources proches du dossier.[AFP/Archives]

Jérôme Kerviel est engagé dans une bataille de procédure avec l'hebdomadaire Les Inrockuptibles, qui avait été condamné pour insulte et diffamation de l'ex-trader de la Société Générale, apprend-on de sources proches du dossier.

L'hedomadaire pourrait devoir verser 51.500 euros à l'ancien employé de la banque pour n'avoir pas exécuté la condamnation prononcée en première instance en septembre 2010 qui obligeait Les Inrocks à une publication judiciaire sur son site, sous astreinte de 500 euros par jour.

Faute de l'avoir fait, le jugement étant exécutoire et l'appel non-suspensif, les avocats de M. Kerviel ont proposé d'arrêter un "montant d'astreinte liquidable" à 51.500 euros, soit 103 jours de non-publication, précise-t-on de mêmes sources, confirmant une information de Libération.

"Le retard de cette publication est uniquement imputable aux négociations engagées entre les parties", a déclaré Me William Bourdon, avocat des Inrocks. Interrogé par l'AFP, il s'est déclaré "confiant quant à l'issue de cette procédure". "M. Kerviel a tort d'y voir une manne potentielle, le montant final sera beaucoup plus modeste", a estimé l'avocat de l'hebdomadaire.

"Le montant ne dépend que de la carence à exécuter une décision de justice condamnant Les Inrocks", a estimé de son côté Me David Koubbi, conseil de Jérôme Kerviel. "Faudra-t-il une énième décision qui lui soit favorable dans ce dossier ?", a-t-il ironisé.

Au printemps 2010, Les Inrocks avait publié une critique du livre de Kerviel, qualifiant dans leur article l'ex-trader "d'arnaqueur". "Il s'agissait d'un billet d'humeur à caractère satirique", estime Me Bourdon.

Suite à la plainte de Kerviel, l'hebdomadaire culturel a été condamné pour diffamation, injure et atteinte à la présomption d'innocence et à publier cette décision en page d'accueil de son site.

Jérôme Kerviel a assigné Les Inrocks à lui verser la somme correspondant à 103 jours d'astreinte non respectée. La défense des Inrocks doit répondre à cette demande d'ici mai avant que ne soit fixée une "audience de liquidation" qui précédera une décision des juges de la 17e chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris.

M. Kerviel a été condamné en octobre 2010 pour faux, abus de confiance et introduction frauduleuse de données dans un système informatique à cinq ans de prison dont trois fermes et à payer 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts à la Société générale. Il doit être rejugé en appel en juin prochain.

Vous aimerez aussi

Etats-Unis Dans sa dernière tribune, Khashoggi parlait de la liberté de la presse
Hommage Mort de Charles Aznavour : la presse française salue la mémoire du «grand Charles»
Gérard Collomb (C), le 24 septembre 2018 à l'Elysée [Philippe LOPEZ / AFP]
Politique De nouvelles critiques de Collomb sur Macron fuitent dans la presse

Ailleurs sur le web

Derniers articles