Australie : le groupe News Corp dédommagé

L'Australie a annoncé mardi qu'elle allait dédommager la télévision Sky News, qui appartient au groupe News Corp du magnat Rupert Murdoch, pour un appel d'offres au final annulé qui devait désigner le média chargé d'exploiter un service télévisé international en Asie.[AFP/Getty Images/Archives]

L'Australie a annoncé mardi qu'elle allait dédommager la télévision Sky News, qui appartient au groupe News Corp du magnat Rupert Murdoch, pour un appel d'offres au final annulé qui devait désigner le média chargé d'exploiter un service télévisé international en Asie.

Sky News et le groupe public Australian Broadcasting Corporation (ABC) ont lutté pendant dix ans pour remporter un contrat de 223 millions de dollars australiens (174 millions d'euros) pour l'exploitation de ce service, déjà existant, chargé d'émettre dans 44 pays d'Asie et du Pacifique.

Mais Canberra a mis fin à l'appel d'offres en 2011 et désigné sans autre forme de procédure ABC.

"Un accord a été conclu, dont les termes sont confidentiels", a déclaré une porte-parole du ministre de la Communication Stephen Conroy. Selon la presse, Sky News, se verrait attribuer quelque 2 millions AUD à titre de compensation.

Un rapport de la commission d'audit nationale avait publié un rapport très critique sur cet appel d'offres, pointant notamment du doigt le manque de coordination au sein du gouvernement sur le processus de décision.

Cet appel d'offres "ne porte pas une lumière favorable sur le gouvernement australien", avait asséné le rapport.

Ce service international, baptisé Australia Network, est financé par les fonds publics et a été créé afin de promouvoir l'Australie en Asie-Pacifique et en Inde.

Il diffuse des informations, des programmes éducatifs en anglais, des émissions pour enfants, des documentaires, des fictions et du sport. Il est gratuit.

À suivre aussi

Politique Demande d'asile, aide médicale d'Etat... Macron veut durcir la politique migratoire
Politique Emmanuel Macron installe une application pour surveiller le travail de ses ministres
L'exécutif voulait une concertation apaisée sur sa réforme des retraites, c'est mal engagé: après un premier "coup de semonce" à la RATP, une mobilisation massive des avocats est prévue lundi, tandis que le gouvernement multiplie les entretiens avec les syndicats pour déminer le terrain [DAMIEN MEYER / AFP/Archives]
Conflit social Après la RATP, les avocats : sur les retraites, la parole est à la défiance

Ailleurs sur le web

Derniers articles